Homme simple et sexy : Jérémy

...

À 24 ans, il est beau, jeune et à l’aise avec qui il est. Étudiant en master communication, Jérémy nous ouvre les portes de sa charmante vie.

À Peine accède-t-on à son compte Instagram que nous sommes déjà saisis par l’aisance et l’authenticité de Jérémy. Dès la première photo, le jeune homme montre qu’il n’a pas froid aux yeux, prêt à mettre de sa personne. À raison, au sortir de la douche, il s’affiche sans cache, nu et avec ses imperfections. C’est en cela que réside toute sa beauté. « Tout le monde peut être sexy. C’est une question de confiance en soi. », nous confie-t-il. 

À lire aussi : Sexfriend gay : Comment trouver et garder un bon pote de baise ?

Jérémy tient cette aisance d’une philosophie de vie, ou plutôt d’un livre, L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle. « Les gens voient en nous ce qu’on pense de nous-même. C’est dans nos postures, notre attitude et nos expressions que se définit notre aura. Donc, si on est à l’aise et que l’on se répète qu’on est beau devant le miroir, on va y croire [et faire croire les autres]. », précise Jérémy. Pourtant, cette sûreté à toute épreuve cache une profonde histoire. 

Un long travail sur lui

Bien avant ses années étudiantes, Jérémy a, pour bien le citer, « le parcours classique du petit homo au Collège ». « Jusqu’à 14 ans, je n’étais pas bien dans ma peau. On se moquait de moi à l’école. », exprime le jeune homme. Un jour, il ressent comme un déclic dans sa vie qui veut que « s’il n’y a personne pour t’aimer, alors tu t’aimeras toi-même ». C’est ce qui l’amène, cinq ans plus tard, à lancer son profil Instagram. Dès lors, il fait défiler les comptes-stars du réseau social, admiratif et fasciné par les clichés. 

De cette observation, Jérémy crée sa vitrine photographique personnelle, vive, authentique, sincère et avec une petite dose d’ego bien comme il faut. « Mon Instagram est une version assez lissée et idéalisée de la vie, comme c’est le cas pour tout le monde. Un peu édulcoré et positif aussi. Et puis, je pense que c’est également une façon de se convaincre soi-même », exprime-t-il toutefois. « Il y a, dans certaines images, une énergie qui n’est pas forcément fidèle à celle que nous avons ressentie dans ces lieux [et ces moments de l’existence]. », précise le jeune étudiant. 

Découvrez également : Le fétichisme, une grande histoire de pratiques

En tout cas, une chose est sûre pour lui. S’il n’a pas encore le courage de se mettre en avant à 200%, il est parfaitement à l’aise avec qui il est aujourd’hui et n’a pas peur de le montrer. Il s’éclate aussi. Admirant ! 

Une meilleure visibilité

Lorsqu’il apprend que PopandFilms l’a mis en avant dans une des stories, Jérémy en est plus qu’honoré. Fan de théâtre [et pratiquant aussi], de littérature et de sitcoms, il se retrouve en effet dans l’identité de la plateforme. « C’est une communauté qui a un penchant culturel au-delà du physique, ce qui est plaisant. », confie le jeune étudiant. En conséquence, il réalise l’impact qu’a permis cette visibilité lorsqu’il multiplie les échanges. Ce qui est une façon, pour lui, de créer un réseau et de se faire connaître davantage. 

Retrouvez d’autres portraits rainbow comme celui-ci dans le nouveau numéro de Garçon Magazine disponible ici.

Avatar

FERMER
FERMER