Joli garçon : Florian, un homme qui offre plein de bonheur

...

Écrivain, créateur de contenus, amoureux de la culture, des voyages et de l’homme… Jeune parisien de 34 ans, Florian a le bonheur dans la peau. Loin sans faux, ce joli garçon en fait ainsi profiter au maximum à son entourage et sa communauté. Pour ces raisons, on a donc décortiqué un peu cette (ancienne) pousse de Warner Bros France (vous avez bien lu, oui). 

Le moteur de l’existence (sur Insta) de ce joli garçon ?

J’ai toujours voulu véhiculer une vraie image de moi-même sur les réseaux sociaux. En cela, je la transmets par l’humour, mes passions, mes voyages, mes occupations, mes journées, mes balades, etc. En somme, partager ma vie (avec facilité), quoi !

Joli Garçon

Son/ses atouts ?

Mes yeux vert-gris. Mentalement, je suis très à l’écoute, généreux, gentil et attentif.

Son rapport au corps ?

Je suis assez pudique, je fais très peu de photos torse nu. Et puis, je n’ai pas vraiment envie de m’embarquer là-dedans, c’est nocif selon moi. On le voit, les plus jeunes, garçons ou filles, passent maintenant leur temps à se comparer aux personnes qu’elles suivent.

Je préfère donc montrer une version plus habillée, afin de ne pas froisser, et surtout centrer le sujet autour de l’authenticité pour que chacun s’accepte comme il est.

Sa beauté intérieure ?

J’aime partager ma lumière et mon énergie aux gens que j’apprécie et qui me suivent, faire ressentir (naturellement, bien sûr) que je suis en bonne santé et chanceux. De même, je m’efforce de les rassurer, de les rendre plus heureux, leur donner du bonheur sans être dans le “m’as-tu vu”.

Découvrez aussi : Joli garçon : JJ Reyes, un homme qui a l’image dans la peau

Je parle tous les jours à ma communauté, je réponds à ses questions en privé pour tenter de l’aider du mieux que je peux. Enfin, je montre que je suis à l’aise avec la prise de parole.

Une extra-passion ?

Les langues. Je parle anglais et allemand. Depuis peu, j’apprends l’hébreu aussi.

Le petit plus, sur son premier livre ?

J’ai eu beaucoup de plaisir à l’écrire. Il m’a donné l’occasion de m’échapper un peu de la routine du lockdown, a été comme une thérapie personnelle, m’a permis de me libérer de certains démons. Pour faire simple, j’ai raconté la vie d’un garçon gay (proche de moi, mais aussi de mes meilleurs amis) à la recherche du grand amour qui, en attendant de le trouver, consomme le sexe de façon excessive, via les applis de rencontre. Et ce, jusqu’au premier confinement, où un rêve va venir tout changer ! Je vous laisse découvrir comment en lisant mon ouvrage.

Dedans, l’homosexualité n’est pas le sujet principal, mais plutôt ce qui en émane, à savoir l’évolution de la société, le chamboulement des codes, les nouvelles technologies, les applis de rencontre. En bref, ce qui est malsain et pénalise l’individu. J’ai également voulu insister sur l’épanouissement personnel et l’amour propre de mon personnage, avant qu’il ai enfin le coup de foudre.

FERMER
FERMER