Court-métrage gay : « L’étoile », difficile deuil d’un amour gay

...

Longtemps absente, notre rubrique court-métrage gay reprend du service. En conséquence, après En colo, le tout dernier métrage traité, on vous présente L’étoile, un film sur une romance finie bien trop vite.

Le pitch de L’étoile

Ce court-métrage gay suit la magnifique romance entre deux hommes, Florant et Odillon. Dès le premier regard, ils savent qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Alors, d’abord dans le secret (pour que la rupture avec la cousine se  au déroule au mieux… ou pas), ils s’échangent des baisers et plus encore. De fil en aiguille, la montée de la flamme amène à des projets en commun, des confessions et des sorties. Tout pour vivre le plus heureux possible. Finalement, un drame va venir perturber la bonne avancée de cet amour, avec l’accident mortel d’Odillon. Florant va-t-il donc pouvoir passer à autre chose ?

À lire aussi : « L’agneau sacrificiel », allégorie d’une existence désabusée d’un jeune parisien

Pourquoi apprécie-t-on ce film ?

Avec fidélité et réalisme, L’étoile aborde tout ce qu’on peut attendre des aléas de la vie de couple, dans ses instants de bonheur et de chagrin. Rapidement, on s’attache à l’histoire de ces deux héros, en particulier lorsqu’ils se retrouvent en tête à tête au pied d’un arbre. Car, c’est le déclencheur de l’important flashback qui occupe tout le film. Dès lors, du premier baiser au moment de deuil, on sourit et on pleure aussi presque simultanément. Ce qui montre le caractère fort touchant de ce récit audiovisuel. Que du bon, en somme !

Découvrez également : Une BD montre une romance gay entre un homme et une sirène

Focus sur une scène : Le premier rapport

Alors qu’Odillon et Florant se trouvent dans la même chambre (avec la cousine), l’homme aux cheveux bouclés jette son t-shirt à son pair, en lui demandant de le mettre. C’est le début de cet amour sulfureux en devenir. Après une consommation hétérosexuelle, le départ de la jeune femme les amène à être face à face. À ce moment, les premiers sentiments prennent place, ils s’embrassent, collent leur corps, libèrent leurs plaisirs. Tout cela, le temps d’un instant… jusqu’au retour du protagoniste. Magnifique !

Qu’avez-vous pensé de ce court-métrage gay, L’étoile ? Est-ce votre préféré ?

FERMER
FERMER