Personnalité LGBT de l’année : votez pour la meilleure femme !

...

Comme chaque année, l’élection de la personnalité LGBT de l’année donne lieu à une compétition incontournable. Pour cette raison, nous lançons le défi avec une petite nouveauté. En ce sens, ce ne sera pas une, mais deux figures qui seront gagnantes, soit un homme et une femme. Découvrez donc les candidates féminines et, sur ce, à vos votes !

Garçon

Aela Channel

Aela Channel est la grande gagnante de la précédente édition de Miss-T France. En conséquence, la digne représentante de sa communauté a profité de cette occasion pour apporter davantage de visibilité à la cause LGBTQI+. Pour se faire, elle est notamment intervenue dans la future émission de Karine Le Marchand, axée sur des témoignages de personnes trans. Une belle initiative qui, on l’espère, en entraînera d’autres. 

Personnalité LGBT
Crédit photo : Instagram

Angèle

En août 2020, la chanteuse belge a marqué les esprits lorsqu’elle a fait ce que beaucoup considèrent comme un coming out en postant une photo sur Instagram sur laquelle elle porte un t-shirt « Portrait of women who love women » (« Portrait de femmes qui aiment les femmes »). Pour elle, c’est une belle manière de montrer son implication en faveur de la communauté LGBTQI+, notamment avec la dénonciation d’actes homophobes, appel à la mobilisation pour la Pride… Mais aussi, en s’affichant avec celle qui était sa partenaire à l’époque (elles ne sont malheureusement plus ensemble depuis quelque temps maintenant). Que du lourd !

Garçon

Alice Coffin

Féministe virulente dans l’âme, activiste LGBTQI+ imperturbable, déconstructrice des stéréotypes… L’actuelle membre du conseil de Paris n’a jamais hésité un seul instant avant d’ébranler les consciences… jusqu’au président de la République himself. Mieux encore, la parution de son ouvrage, Le Génie lesbien, n’a laissé personne indifférent. Dans les médias, les journalistes ont chargé pour ou contre elle, faisant ainsi de la militante la Virginie Despentes de la décennie 2020. Dès lors, que doit-on attendre de plus d’elle ?

Personnalité LGBT

Karine Le Marchand

Animatrice préférée des Français sur M6 et Téva, Karine Le Marchand a à coeur de mettre en avant les oublié.e.s, invisibles. Que ce soit dans Renaissance, L’Amour est dans le pré, Une Ambition intime, Transgenres, elle donne la parole à ceux qui s’aiment et qui font la différence, tous horizons confondus. Pour autant, la personnalité française ne marque pas uniquement les esprits qu’à la télé. Lors du mariage de Mathieu et Alexandre, couple gay de l’Amour est dans le pré saison 15, elle a eu droit à un rôle important en tant que témoin de l’éleveur de taureaux. Que de représentativité, en somme, dont, on l’espère, ne s’arrêtera pas en si bon chemin.

Personnalité LGBT

Roxana Maracineanu

Aujourd’hui secrétaire d’État chargée des sports auprès du ministère de l’Éducation, Roxana Maracineanu s’est beaucoup investie dans la question des LGBTphobies dans ce milieu. Ainsi, au cours de l’exercice de ses fonctions, la femme politique a rencontré les fédérations professionnelles, mais aussi des associations LGBTQI+. Ces échanges lui ont notamment permis d’adopter des mesures contre les chants et insultes homophobes dans les stades. En mai 2021, elle a salué, par sa présence, l’initiative de la fondation FIER, qui compte dépasser l’étape de simple visibilité de la communauté. On se demande alors une chose : que va-t-elle faire ensuite ?

Personnalité LGBT

Élisabeth Moreno

Ministre chargée de l’égalité des chances et entre les femmes et les hommes, ainsi que de la diversité, Élisabeth Moreno n’a eu de cesse de s’impliquer dans l’évolution des droits LGBTQI+. Début 2021, notamment, la personnalité politique a, conformément au souhait du président, mis en place une plateforme anti-discriminations dédiée, entre autres choses, à la communauté queer. À partir de là, elle a entrepris tout un parcours dans les différentes régions de France pour sensibiliser sur les LGBTphobies. Enfin, en collaboration avec les ministères respectifs de l’Éducation nationale, de l’intérieur et de la justice, elle a participé à l’écriture du projet de loi pour pénaliser les thérapies de conversion.

Hoshi

Outre son coming-out et sa carrière d’artiste queer, Hoshi est connue pour être une grande militante des droits communautaires. En ce sens, la jeune femme ne rate jamais une occasion pour s’afficher au coeur d’une manifestation ou pour prendre la parole publiquement. Thérapies de conversion, LGBTphobies, agressions sexuelles et sexistes, viol, inceste… Elle a ainsi été de tous les sujets de revendications, mais aussi de toutes les couvertures. Une belle aubaine qui lui permet de clouer le bec à ses détracteurs, à commencer par Fabien Lecoeuvre.

Garçon

Julia Ducournau

Experte du cinéma de genre, Julia Ducournau a à cœur de se saisir du support audiovisuel pour délivrer ses messages revendicatifs. Soucieuse de dénoncer l’inégalité femme/homme, comme sous le prisme identitaire et sexuel, la réalisatrice a porté divers projets autour de la différence. Un bel engagement qui lui a permis, lors du dernier Festival de Cannes, de remporter le plus grand prix de la compétition pour son film Titane. Après ça, que peut-elle encore bien nous réserver ?

Personnalité LGBT

Marie Cau

Actuelle mairesse de Tilloy-lez-Marchiennes, Marie Cau est de tous les combats et événements. Fashion Freak Show, interviews télévisées et pour les médias LGBTQI+, pour citer quelques apparitions. Ce qui est pour elle un moyen de prôner le discours de normalité et de participer au changement, comme le font Giovanna Rincon, Julia Boyer et Karine Espineira notamment. En début de semaine dernière, elle a officiellement annoncé sa candidature pour les présidentielles 2022. Un palier supplémentaire dans sa volonté de faire avancer les mentalités.

Garçon

Suzane

Chanteuse ouvertement lesbienne (elle le mentionne notamment dans sa chanson L’appart vide), Suzane est LA référence dans le milieu musical queer. Dans ses différents titres, elle aborde tous les sujets qui sont directement liés à elle. « L’émancipation m’a permis d’écrire SLT, qui prône la libération de la parole, la liberté d’être soi-même, puis Anouchka, où je parle d’homosexualité féminine et d’amour. C’est aussi une manière de faire en sorte que tout le monde s’y reconnaisse, les hommes et les femmes. », nous a-t-elle confié dans une interview pour Garçon Magazine, à propos des discriminations sexistes. « Avec P’tit gars, j’ai ressenti ce besoin de traiter d’homophobie masculine, de montrer qu’elle est encore là et très sournoise. Des ptits gars comme ça, seuls et mal dans leur peau, il y en a beaucoup. J’avais donc envie de lui parler et de lui dire qu’il n’est pas fou. », avait-elle ajouté, sur les violences LGBTQIphobes.

FERMER
FERMER