VIH : boîte à questions avec Mathieu et Alexandre (L’amour est dans le pré)

...
Garçon
Mathieu et Alexandre

Pour beaucoup aujourd’hui, le VIH reste un sujet avec bien des interrogations et peu de bonnes réponses. Pour ces raisons, Mathieu et Alexandre se sont prêtés au jeu de la boîte à questions… presque haut la main. 

Garçon
Mathieu et Alexandre

Les personnes séropositives ont-elles une lettre dans le sigle LGBTQIA+ ?

Mathieu : Non. On ne définit pas quelqu’un parce qu’elle est atteinte du VIH. En plus, des hétérosexuels peuvent l’être aussi. Donc, ça ne nous est pas réservé. 

Verdict de la rédaction ;  Effectivement le signe regroupe les identités et orientations non majoritaires mais il n’y a pas de notion sanitaire.  

La PrEP (prophylaxie pré-exposition) prévient-t-elle du VIH ?

Mathieu et Alexandre : Oui. Évidemment. Il faut y penser.

N.B : C’est juste, la PrEP protège du VIH mais pas des autres infections sexuellement transmissibles. Depuis juin dernier, la prescription de la PrEP peut également être délivrée par un médecin exerçant en ville. 

Que veut dire I=I ?

Mathieu et Alexandre : Indétectable = intransmissible. Quand la charge virale d’une personne séropositive est très faible, voire quasi nulle, vous ne pouvez pas contaminer votre partenaire. 

Supplément d’info :  OUI,  les traitements permettent d’obtenir une charge virale dite « indétectable ». On ne transmet plus le virus : Indétectable = pas de transmission !

href="https://www.pride.be/fr" target="_blank">

Qui est la plus grande marraine de Sidaction ?

Mathieu : Line Renaud.

N.B : Très engagée pour la cause, elle compte d’ailleurs ne rien lâcher dans cette implication, lors d’une interview accordée à Léa Salamé pour Femmes puissantes.

Meurt-on forcément du sida ?

Mathieu et Alexandre : Plus aujourd’hui.

N.B : Effectivement, grâce aux traitements antirétroviraux. Si on est dépisté en temps et en heure, et si nous prenons correctement le traitement antirétroviral . 

Citer trois structures qui sont spécialisées dans les soins relatifs au VIH.

Alexandre : Les  CeGIDD (centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic du VIH, des hépatites virales et autres IST), les hôpitaux et tout le corps médical (médecins traitants, CHR, etc.)

N.B : Il y a, d’une certaine manière, également les associations qui sont un intermédiaire entre les personnes vivant avec le VIH  et les professionnels de santé. 

Existe-t-il un vaccin contre le VIH ?

Mathieu : Non. Mais, il y a un essai clinique en phase un qui a débuté en septembre 2021. On a bon espoir, croise les doigts.

Verdict : Presque un sans-faute, à un mois près. 

Supplément d’info : En août dernier, l’enseigne scientifique Moderna a démarré son premier essai clinique pour élaborer un vaccin anti-VIH. De la même manière que pour la Covid-19, elle entend recourir à la technique de l’ARN pour réaliser ce projet. L’objectif est, comme le rapporte le média Numerama, de « permettre le développement de cellules immunitaires ‘mémoires’, et donc d’entraîner l’organisme à réagir à un agent infectieux »

Une personne séropositive peut-elle avoir une vie normale ?

Mathieu : Oui, grâce aux traitements. Pour citer une anecdote, des amis prenaient des tonnes de médicaments au départ, c’est moins le cas aujourd’hui.

Supplément d’info : le traitement du VIH est souvent réduit à un comprimé à prendre chaque jour.

Leur mot de la fin ? 

Protégez-vous, aimons-nous !