VIH/SIDA, les questions importantes à poser

...

Encore aujourd’hui, on se pose beaucoup de questions autour du VIH/SIDA. Comment est-il apparu ? Y a-t-il un vaccin ? Peut-on vivre avec la maladie ? etc. Cet article répond à quelques-unes de ces questions (les plus importantes).

Qu’est-ce le VIH/SIDA ?

Tenant son origine du sigle Syndrome de l’Immunodéficience Acquise, le terme a rapidement été réduit en SIDA, Sida et sida, au fil du temps. Concrètement, c’est une infection qui se manifeste par l’apparition de globules blancs, dites les lymphocytes T CD4+ ( « CD4 » ou « T4 » sont les appellations couramment utilisées). Quand la maladie progresse dans l’organisme, le virus du VIH attaque les cellules, et ce très vite, ces coordinateurs de nos défenses immunitaires.

D’où vient la maladie ?

Les premiers malades ont été identifiés en 1981 aux USA, rapidement un système de surveillance de la maladie a été mis en place.. Pour autant dès  la fin des années 1970des médecins belges au Zaïre avaient observé, de cryptococcoses méningées mortelles, provoquées par le Sida. 

Lors de la propagation du Sida en Amérique du nord, les homosexuels ont été les premiers touchés par ce qu’on appelle des pneumocystoses pulmonaires et des maladies de Kaposi. les toxicomanes et les personnes transfusées ont par la suite également contracté la maladie. En France, le VIH a été isolé et découvert en 1983 à l’Institut Pasteur de Paris. Les premiers tests de dépistage des anticorps anti-VIH ont été développés (puis effectués) à partir de 1984. 

Comment le détecte-t-on ?

Les symptômes liés au virus apparaissent de 2 à 90 jours après l’infection, les anticorps anti-VIH tentent également d’agir pendant ce délai. Ils sont alors divers : fièvre à 38-39°C pendant quelques jours, maux de tête, douleurs musculaires, éruption cutanée, fatigue. Si un traitement n’est pas pris pendant la période dite d’incubation, une grave infection peut faire surface quelques années plus tard.

Recommandation de l’Enipse : débuter un traitement chez toutes les personnes infectées par le VIH et ce, d’autant plus rapidement que leurs CD4 sont bas. Les traitements anti-VIH permettent d’une part de stopper la multiplication du VIH et d’autre part la remontée lente des CD4.

Y a-t-il un vaccin, aujourd’hui ?

En août dernier, l’enseigne scientifique Moderna a démarré son premier essai clinique pour élaborer un vaccin anti-VIH. De la même manière que pour la Covid-19, elle entend recourir à la technique de l’ARN pour réaliser ce projet. L’objectif est, comme le rapporte le média Numerama, de « permettre le développement de cellules immunitaires ‘mémoires’, et donc d’entraîner l’organisme à réagir à un agent infectieux ». Soit, un processus similaire à celui utilisé contre le virus. L’entreprise pharmaceutique devrait opérer deux autres phases et rendre compte des résultats finaux d’ici 2023. Un peu plus tard, Pfizer a également engagé les premières recherches sur un vaccin. On est impatient !