Drag Queen iconique : Patsy Magret !

...
Peut être un gros plan de 1 personne

A la découverte de Patsy Magret, Drag Queen iconique de la scène drag parisienne. 

Pour commencer, pourrais-tu te présenter en quelques mots.

Salut Qweek ! Quelques mots ? C’est mal me connaître (rires). Je suis une vraie pipelette. Je suis très très bavarde, mieux vaut m’avoir en image !

Et bien je m’appelle Patsy Magret, je suis une drag queen parisienne dodue, accro à la comédie et passionnée par son art. 

Est ce que tu pourrais nous dire comment tu as découvert l’art du Drag ? 

Pure chance ! Ce n’était pas du tout mon univers au départ. Mais un jour, je me suis mis à fréquenter un bar du 11e arrondissement de Paris, le Msieur Dame. Les dimanches soirs étaient animés par une drag chanteuse, barbue, tout en couleurs et tellement chouette : Maria Allass. Venant du théâtre, le côté costumes et personnage incarné m’a tout de suite parlé, sans imaginer un jour que je plongerais. C’était top!

A LIRE AUSSI: LES DRAG KINGS SUR LE DEVANT DE LA SCÈNE

Qu’est-ce qui t’as donné envie de te lancer dedans ? Un show, une personne, une soirée, une musique…

Un concours ! Halloween 2019, j’ai participé à un tournoi sportif. Il se terminait par un grand concours de costumes à l’occasion de la soirée de clôture sur le thème Dia De Los Muertos. Pourquoi ? Je ne sais pas, mais je trouvais plus fun d’être en femme pour les looks. 

J’ai loué une bête de tenue. On m’a prêté des accessoires et la coiffure chapeau avec des oiseaux, les fleurs et les lumières ont été réalisées à la main. C’est ajouté un makeup tout en paillettes. 

Ce soir-là j’ai remporté le prix du Meilleur Costume et surtout, jouer ce rôle toute la soirée m’a extrêmement parlé. Après 20 ans de théâtre, je jouais dans la vraie vie avec des vrais gens. J’ai adoré ! Le vrai point de départ de tout le reste aujourd’hui. Merci Halloween !

Est-ce que tu te rappelles de ta toute première fois en Drag ? Comment est-ce que tu t’es senti.e ? 

Stressée ! Après quelques petits tests confidentiels pas très heureux, une drag largement implantée sur Paris, Lady Carbone, m’a proposé en janvier 2020 de la rejoindre sur un évent. Dix jours avant, elle me recevait chez elle pour une journée “je vais t’apprendre à te maquiller”. Elle participait avec Kyssy Bang Bang, ma partenaire d’évents aujourd’hui, à la galette des rois de la FSGL. Donc préparation à la maison comme une grande. Un petit Uber comme une grande. J’avais des potes au téléphone qui suivaient mon parcours (rires). Toute la soirée je suis restée assez timide mais je me suis éclatée ! C’était plein et je déambulais dans la foule. 

La soirée s’est terminée à la DragMeUp au WHO’S puis au FREEDJ. Je me souviendrais longtemps de cette vraie première !

href="https://www.pride.be/fr" target="_blank">

A LIRE AUSSI : DRAG RACE ARRIVE EN FRANCE

Est-ce que tu as une anecdote à nous raconter sur tes débuts ! 

Sur les débuts ? Mon nom ! Parce que les makeups dégueulasses, il y en a eu beaucoup. Il faut bien démarrer. On trouve encore quelques perles de cette période sur mon profil Instagram. 

Mais oui, mon nom. Un vrai souvenir ! Je le dois à Maria Allass, qui n’est plus sur Paris aujourd’hui. Elle a quitté la France pour de nouvelles aventures chez nos cousins outre Atlantique. 

Avant mon fameux Halloween 2019, je voulais tester le costume et le look. Trouver un nom rapidement s’est imposé pour l’occasion. Après un après-midi brainstorming au téléphone, et je ne sais plus combien de prénoms proposés, celui de Patsy, pas de “si”, a été une révélation et là, l’autoroute. Un vrai coup de cœur pour “Pas de simagrée” : tout moi. Et en dédicace à mon Pays-Basque en écrivant “Magret”. Ce prénom, j’en suis toujours fan !

Et sur ton style, comment le définirais-tu ? As-tu pris du temps à construire ton image ou est-ce que ça t’est venu tout seul ?

Oh bah oui, en 10 minutes c’était plié ! (rires). 

Évidemment non. Mais c’est la magie de ce métier. Dans toutes les pièces dans lesquelles j’ai pu joué avant : tu bosses un personnage sur un temps donné et une fois le projet fini, tu rends le tout. Patsy a presque deux ans et demi, depuis son départ en janvier 2020. Le personnage n’a fait qu’évoluer. 

Alors avec des erreurs oui, côté makeup, les looks… Tout avance de semaine en semaine. C’est à force de faire. Patsy bosse réellement depuis octobre 2021. 

Ma partenaire Kyssy Bang Bang m’a beaucoup fait avancer ces derniers mois. Beaucoup de bons conseils et après tu observes, tu t’inspires, tu testes, tu refais, t’investis… Bon sur ce point beaucoup trop. Mais tu n’as pas le choix. Tu surveilles les tendances et tu mêles le tout à tes goûts et envies. C’est un réel art vivant en plus d’être militant et sans vraie limite. Tu as envie d’être alien ? Fonce girl ! 

Aujourd’hui Patsy est à la fois très femme, sexy ou généreuse vous jugerez, mais aussi folle et toujours colorée… Ce qui se ressent dans le caractère, la façon de parler, d’être !

Ton goal, ton objectif dans la scène drag française, ça serait quoi ?

Je ne suis qu’au tout début de l’aventure donc tout est possible. La scène reste ma vie mais il n’y a pas que ça, j’aime l’animation, l’écriture, la télé, la radio… Tous ces secteurs qui m’ont construit ces dernières années, j’espère un jour les associer pleinement à la vie de Patsy. L’animation est déjà bien présente. Je co-anime l’afterwork LA QONASSE dans le Marais à Paris, au FREEDJ avec ma partenaire Kyssy Bang Bang. Je m’occupe aussi des soirées Karaoké et Bingo Drag du BAR DE NUIT près de la station Saint-Paul, un nouveau lieu friendly, ouvert à tous, véritable laboratoire créatif pour moi. 

J’ai par ailleurs un très beau projet théâtre avec d’autres drags et performers dès l’été 2022. J’espère aussi trouver du temps pour écrire et monter sur scène avec de folles idées. D’autres projets plus militants vont aussi voir le jour… 

Inspiré ? N”hésitez pas à vous lancer vous aussi et à assouvir vos envies créatives ! Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser…