AUGUSTIN NÉ SOUS PMA

Augustin a accepté de témoigner pour le dossier spécial sur LA MANIF DES CONS. Il a 16 ans et suis des études sportives dans la danse classique. Il a...

Augustin a accepté de témoigner pour le dossier spécial sur LA MANIF DES CONS. Il a 16 ans et suis des études sportives dans la danse classique. Il a été élevé par deux mamans, l’une d’entre elle ayant fait une insémination à Bruxelles. Pour faire une surprise à ses mères qui se sont mariées en 2013, il répond à nos questions par téléphone, en espérant faire évoluer des mentalités.

Propos recueillis par Damien Guignard. 

« Je ne me suis jamais dit que c’était mal ou qu’il y avait un problème. En fait c’était normal. »

Augustin, qui es-tu ?

J’ai 16 ans, je suis né vers Narbonne. Ma mère a procédé à une insémination à Bruxelles, j’ai grandi avec deux mamans, elles se sont mariées. Récemment, on a fait les papiers pour que ma deuxième mère m’adopte, j’aurais officiellement deux parents !

Ne pas avoir eu ton père auprès de toi, comment l’as-tu vécu ? 

Je n’ai pas de père, j’ai un donneur. Je ne me suis jamais dit que c’était mal ou qu’il y avait un problème, en fait c’était normal. J’ai toujours été bien entouré. Je me pose la question de retrouver mon géniteur depuis près d’un an. Je ne sais pas si j’en aurais vraiment la nécessité. C’est propre à chacun, il n’y a pas de règle. Un père c’est quelqu’un qui s ‘occupe de vous, qui est présent et qui donne des sentiments, donc je n’apporte pas de familiarité à cette personne même si je suis reconnaissant envers lui. J’ai grandi avec d’autres images masculines, mon grand-père, mon oncle et mon parrain qui ont toujours été présents.

As-tu comparé ton éducation par deux femmes avec celle de tes ami.e.s par un homme et une femme ?

Non je n’ai jamais fait de distinction. J’essayais de comprendre pourquoi j’étais le seul à avoir deux parents de même sexe, mais je n’ai jamais fait de comparaison, est-ce que c’était mieux ou pas ? Au début j’avais un peu peur d’en parler, mais les gens le prenaient vraiment très bien et tout le monde me disait que c’était cool d’avoir deux mères. 

Dirais-tu que ta jeunesse a été atypique ou banale ?

Atypique dans le sens où j’ai eu deux mères contrairement à mes amis qui avaient un père et une mère. Mais c’était une enfance banale car j’ai vécu les mêmes choses que mes camarades au final, la même éducation, les mêmes jeux.

Est-ce que tu as souffert de la situation ? 

Jusqu’en primaire c’est vrai que je faisais attention à comment le dire, car j’avais des réflexions sur le fait que mes mères soient lesbiennes. Mais plus j’avance, moins les gens font de réflexions. Au début, je ne savais même pas ce que voulait dire lesbienne ! 

Est-ce que tu te sens différent finalement ? 

Je ne me sens pas différent d’un autre garçon de mon âge, en aucun point ! 

Des psychologues et les représentants de La Manif Pour Tous, disent qu’un enfant élevé par deux femmes sera malheureux de ne pas avoir connu son père. 

J’ai envie de leur répondre de se renseigner sur les faits réels qui peuvent leur prouver que c’est l’inverse de ce qu’ils pensent. Ils n’ont pas vécu ça, ils se basent peut-être sur ce qu’ils ont vécu et ils n’ont pas à donner leur avis sur quelque chose qu’ils n’ont pas vécu. Il faudrait qu’ils soient plus ouverts d’esprits et plus matures. Évoluer un peu et ne pas rester bloquer dans des pensées. Il faut que ça soit normal d’avoir deux pères et deux mères, je ne vois pas où est le problème. 

Est-ce que tu as eu besoin qu’on t’explique ce qu’étaient des homos et des hétéros ? 

Mes parents ont des amis de tous bords, donc j’ai compris tout seul, je n’ai jamais fait de comparaison en disant ça c’est bien et ça c’est mal. On me l’a un peu réexpliqué quand j’avais 7 ans, j’ai dû lui demander pour mieux comprendre car on m’avait dit que mes parents étaient lesbiennes, mais je ne savais même pas ce qu’était ce mot ! 

T’es-tu questionnée sur ton orientation sexuelle ?

Bien sûr mais je pense qu’on se pose tous cette question. Ce n’est pas parce que des homos ont un enfant qu’il va devenir homo. 

As-tu ressenti un manque durant ton enfance ? Du fait de ne pas avoir eu des parents qui entraient dans les codes. 

Non pas du tout. 

Je me pose la question de retrouver mon géniteur depuis près d’un an. Maintenant, je ne sais pas si j’en aurais vraiment la nécessité. C’est propre à chacun, il n’y a pas de règle. Ça ne me dérangerait pas de le voir, mais je ne sais pas si je le vivrais bien. Mes origines oui je veux les connaitre, mais lui-même non. C’est personnel mais je ne considère pas avoir un père, plutôt un donneur. Un père c’est quelqu’un qui s ‘occupe de vous, qui est présent et qui donne des sentiments. Je n’apporte pas de familiarité à cette personne même si je suis reconnaissant envers lui car il a permis à ma mère d’avoir un enfant.

Y a-t-il eu des moqueries de la part des autres enfants puis adolescents ? 

Il y en a eu, Il y a des moments où c’était dur, mais c’était souvent des personnes qui n’en avait jamais parlé à leurs parents, qui ne savait rien. Ça ne m’a jamais vraiment choqué, ça m’a plutôt fait prendre de la maturité très jeune.

Et de la part du corps enseignant ou administratif ? 

Ils ont toujours été à l’écoute. Par exemple pour la fête des pères, je faisais un cadeau à mon grand-père. Tout le monde comprenait, ils étaient bienveillants et respectueux. 

Quel est ton regard sur le droit à la PMA pour toutes les femmes ? 

C’est une très bonne chose. Je suis très proche de mes mères. Toutes femmes, tout hommes ont droit d’avoir un enfant, je ne vois pas pourquoi l’orientation sexuelle l’en empêcherait. 

Plus d’infos :

Retrouvez l’interview d’Augustin ainsi que le Dossier Spécial sur La Manif Pour Tous = Manif des Cons sur le dernier numéro de Garçon Magazine.

Damien Guignard

Passionné de musique, de théâtre, de littérature et de culture de manière générale, j'aime rester à l'affut des nouveautés musicales, mais aussi des droits LGBT.

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE