Santé : Condylomes, les lésions dangereuses…

...

« T’as un drôle de bouton » vous susurre votre PCR [plan cul régulier] en plein milieu d’une superbe partie de jambes en l’air. Quelque peu hébété, vous remarquez, effectivement, une sorte d’excroissance de la peau à un endroit improbable…

Par Thomas KASSAB

C’EST QUOI CE TRUC ?
Vous ne l’avez jamais remarqué, pas même senti pousser en vous et pourtant elle est là. Une verrue génitale cohabite désormais avec votre intimité. Ces verrues génitales, autrement appelées «crêtes-de-coq » ou encore condylomes selon l’endroit où elles poussent, représentent la seconde IST la plus gaiement partagée après les chlamydiæ. Elles sont dues à la famille des virus HPV. Même si ça ne relève pas de l’urgence vitale, leur prise en charge est fondamentale, et ce, chez l’ensemble des partenaires sexuels atteints.

COMMENT CETTE VERRUE A PU POUSSER ICI ?
Le plus souvent, les HPV se transmettent lors d’un rapport sexuel par contact direct entre les condylomes d’un partenaire et votre muqueuse [anus, pénis, urètre, fond de la gorge, etc.]. Mais leur transmission peut aussi se faire par simple contact avec des doigts ou des objets ayant touché auparavant des condylomes [exemple : si vous vous échangez, en plein ébat, vos sex-toys préférés entre partenaires].

DEPUIS QUAND AI-JE CE TRUC ?
En moyenne, les condylomes poussent deux à trois mois après la contamination mais, dans certains cas, les délais peuvent être plus longs : des mois voire des années ! Il ne faut donc pas toujours désigner responsable son partenaire sexuel du moment. Si vous voulez rompre, il va falloir trouver une autre excuse !

 

ÇA SE TRAITE COMMENT ?
Le plus souvent, ça ne disparaît pas spontanément et il faut donc agir. Il existe deux possibilités de traitement selon l’endroit où le condylome se situe : soit une crème [Aldara] à appliquer trois fois par semaine pendant trois mois, soit l’opération [une chirurgie pour les brûler]. Dans tous les cas, la patience est de mise car les condylomes mettent du temps à partir sans compter les récidives fréquentes… Seulement dans de rares cas, les condylomes peuvent évoluer en cancer [s’ils sont diagnostiqués trop tardivement et si l’on a affaire à une variante d’HPV plus méchante qu’une autre].

C’EST QUOI CES VARIANTES D’HPV ?
Il en existe plus de cent différentes. Il est important de savoir à laquelle on a affaire car chacune a sa «personnalité» et son degré de dangerosité qui définissent la prise en charge. D’ailleurs, en fonction de la variante d’HPV en question, les condylomes peuvent pousser sous forme de papules multiples [condylomes papuleux], de «choux-fleurs» [condylomes acuminés] ou plane [condylomes plans].

COMMENT PRÉVENIR ?
«Mieux vaut prévenir que guérir» dit l’adage et les condylomes n’y coupent pas. Le meilleur vaccin pour prévenir l’apparition de ces verrues, et leur possible évolution en cancer, est le Gardasil 9. Malheureusement, il ne protège que de neuf variantes d’HPV et il est à réaliser avant les premières relations sexuelles [au moment de l’adolescence pour résumer]. Aucun «rattrapage» n’existe a posteriori, seul un dépistage régulier permettra de les déceler à temps et de s’en débarrasser rapidement [auto dépistage par soi-même, à l’aide de votre partenaire ou par un médecin].

+D’INFOS
Parlez-en à votre médecin qui pourra vous proposer un check-up complet et rendez-vous sur http://dermato-info.fr

Retrouvez  cet article dans le nouveau numéro de Garcon Magazine en vente chez votre marchand de journaux.