“Nous devons parler”, un questionnement révélateur sur la sexualité

...

Chaque semaine, on met à l’honneur des courts-métrages gays. Après My best friend, on vous présente Nous devons parler, récit filmique sur un questionnement révélateur lié à la sexualité.

Le pitch Courts-Métrages gays de : Nous devons parler

Le court-métrage suit les péripéties aventureuses d’un couple hétéro à Salvador, celui liant Victoria et Mateo. Sans raison apparente (du moins au premier abord), une distance est très visible entre les deux amants, comme si leur relation avait ce quelque chose de conventionnel et de conformisme. Quand les tourtereaux se rendent dans un établissement gay pour l’anniversaire de deux amis, l’éloignement se fait plus prononcé pour eux deux, en particulier avec la jeune femme qui passe une partie de la soirée avec une autre fille. En cela constitue le déclic chez les deux humains, mais non sans conséquences. Alors, quelles répercussions cela va-t-il avoir sur leur romance ?

À lire aussi : « My Best Friend », un véritable amour entre deux amis

Pourquoi apprécie-t-on ce film ?

Signé Jaime Desivar, Nous devons parler illustre avec brio le tiraillement des deux êtres qui découvrent progressivement leur sexualité. De cette prise de conscience, cet écart des normes va provoquer un éprouvant séisme, amenant à des révélations chocs, des disputes et des blessures. Une bien triste réalité qui n’épargnera personne. Enfin, du côté de Victoria, qui devra quitter le domicile familial. Car, à contrario, Mateo, suivant une période de profonde dépression, embrassera pleinement son identité gay, lui permettant en ce sens de trouver l’amour avec une personne de même sexe. Percuta nt et beau à la fois ! 

Découvrez également : Le Mémorial de la Shoah commémore les vies homos sous le nazisme

Focus sur une scène : Révélation à la mère

Alors que Vicky se réveille au lendemain d’une soirée endiablée (et non des moindres), elle ressent le besoin irrépressible de révéler la vérité sur son lesbianisme à sa mère. Suivant un instant d’hésitation, la confession arrive et sonne comme une déflagration sans précédent. À tel point que les voix, pourvues d’une importante colère, montent. Dans sa finalité, le choc émotionnel entraîne le décès brutal de la parente de Victoria, amenant son départ précipité. C’est d’une grande tristesse.

Nous devons parler

Qu’avez-vous pensé de ce court-métrage gay, Nous devons parler ? Est-ce votre préféré ?

Avatar

FERMER
FERMER