Sénégal

Le Sénégal veut criminaliser encore plus les gays

...

Au Sénégal, des manifestants ont déversé leur haine sur les personnes gays. Dans les revendications, ils veulent notamment sanctionner encore plus les relations entre hommes, déjà bien injustes. 

Toujours plus, jamais assez ! Au cours d’un rassemblement islamique, ce week-end, des habitants du Sénégal ont émis leur ferme volonté d’une criminalisation plus forte à l’encontre de ces minorités masculines. En cause, ils ont exigé une augmentation de la pénalisation, de 5 à 10 ans. « Nous les tuerons ou nous les brûlerons vifs. Nous ne l’accepterons jamais. », a martelé un élu municipal, Demba Dioup, à Africa News, déversant ainsi sa haine anti-gay. Unanimement, ceux qui s’affichent clairement comme homophobes ont clamé la primauté des valeurs religieuses. Une position qui a notamment amené certains d’entre eux à enflammer des drapeaux LGBT. Misère ! 

Sénégal

Une banalisation sociétale

Au fondement de la société sénégalaise, cette haine persiste depuis des années déjà. « Dans le pays, il y a 95% de musulmans et 4% de catholiques. 99% de croyants ! Il est normal qu’on rejette l’homosexualité. C’est contre nature, un homme va avec une femme, il ne faut pas être égoïste. », a fustigé Mame Mactar Gueye, vice-président de l’ONG Jamra, auprès de France Culture

Retrouvez aussi : “Famille tu me hais » met une incroyable claque à l’homophobie juvénile

Au plus haut sommet du pouvoir, le leader Macky Sall a longtemps rejoint l’état d’esprit de la société. « Les gens doivent apprendre à respecter nos croyances et nos convictions. Au nom de quoi, l’homosexualité dépénalisée doit être une loi universelle ? », déclarait-il notamment dans un interview pour CNEWS. Une position qui ne devrait pas avoir changé aujourd’hui, au vu de la tournure que prennent les événements. 

Un état à l’image de ses habitants

En marge de la mouvance anti-gay, Djamil Bangoura, un des seuls activistes LGBT visibles, a pris la parole sur la situation actuelle. « Le principal problème, c’est la société civile qui nous a abandonnés. On ne peut conscientiser personne. C’est pour cela que les Sénégalais continuent de rejeter l’homosexualité. », a-t-il confié au micro de RFI.

Découvrez également : Être gay à Mayotte, une vie pas si facile

Ces mots coïncident, en ce sens, avec ce que pensait le dirigeant du pays, six ans plus tôt. « Les militants n’ont pas de difficultés avec le gouvernement. Est-ce qu’ils auront des problèmes avec les habitants ? Ça, c’est une autre affaire… », disait-il à l’époque. Nice atmosphere… 

Avatar

FERMER
FERMER