LGBTIphobies dans le sport

LGBTIphobies dans le sport : une tribune interpelle le gouvernement

...

Dans une tribune pour Libération, des activistes, associations et collectifs ont pris la parole sur les LGBTIphobies dans le sport, lundi 15 mars. Face à l’inaction gouvernementale, les partis prenants ont ainsi interpellé directement la ministre-adjointe chargée des sports, Roxana Maracineanu. 

LGBTIphobies dans le sport

A bas les injustices ! Ligne après ligne, des représentants associatifs et des personnalités ont exprimé leurs craintes concernant les LGBTIphobies dans le sport, lundi 15 mars. “[Ce milieu] reste un univers dans lequel les personnes LGBTI sont encore plus durement discriminées, dénigrées, injuriées, moquées, rejetées, parfois jusqu’à en mourir.”, ont déclaré les signataires de la tribune. Pour ces raisons, ils demandent à la secrétaire d’état chargée des sports de prendre en charge explicitement ces questions de discriminations et d’aller plus loin dans l’inclusion des diversités. “Notre société a sans doute besoin d’un projet et d’un idéal sportif plus ambitieux et plus juste.”, ont ajouté les auteurs du texte.

A lire aussi : Grégory Capra, coach sportif et alimentaire

Cette prise de parole intervient alors que le projet de loi “Démocratiser le sport” arrive à l’Assemblée Nationale, mercredi 17 mars. Durant la séance plénière, Roxana Maracineanu va prendre la parole devant les députés. Ce qui amène les signataires de la tribune à proposer à l’élue de proposer des amendements supplémentaires. “Nous pensons à la désignation d’un référent discrimination au sein des fédérations sportives pour assurer le pilotage de ces actions. Nous pensons enfin, en cas de comportements ou propos LGBTIphobes dans le cadre sportif, à la mise en place de sanctions pédagogiques, alternatives à l’exclusion d’un joueur ou à l’interdiction de stade d’un spectateur, sous la forme d’un stage de sensibilisation à la lutte contre les discriminations.”, émettent-ils notamment. 

Lancement du projet Sciences 2024 en vue des JO de Paris 2024

Un long combat

L’engagement politique pour inclure les minorités LGBTI démarre en 2013 lorsque le ministère des sports présente un premier rapport. Bilan qui a malheureusement été passé sous silence pendant des années. Lors de sa prise de fonctions, Roxana Maracineanu, alors ministre des sports, reprend le rapport, en vue de la mise en place d’une réforme de taille sur les questions relatives aux discriminations. 

Découvrez également : Find your gay competitor, l’appli qui unit par le sport

En septembre 2019, elle reçoit ainsi la FSGL et des représentants d’associations sportives pour solliciter leurs idées. Parallèlement à cela, elle rencontre les fédérations officielles, toutes disciplines confondues. Aujourd’hui, la réforme entend être une réponse finale à de longues années d’investissement. Et, c’est ce qui, aujourd’hui, amène les signataires de la tribune à prendre la parole une dernière fois pour que ce sujet soit pleinement intégré dans la loi. “Nous sommes convaincus, vous autant que nous, qu’il faut que ces souffrances cessent, qu’il est urgent d’agir.”, concluent-ils, prenant exemple du cas de Ian Thorpe, que l’élu connaît bien.

Avatar

FERMER
FERMER