UE

L’UE devient une zone de liberté LGBTIQ

...

L’UE est officiellement devenue une zone de liberté LGBTIQ, jeudi 12 mars. Cette initiative fait suite à un long débat politique au sein du parlement européen depuis le début de la semaine.

UE
Crédit photo : Twitter

Un soulagement ! Jeudi 12 mars, l’UE a validé une résolution pour devenir une zone de liberté LGBTIQ. Cette adoption intervient au terme d’un vote favorable, à 492 voix pour, 141 contre et 46 abstinences. “Ce ne sont que de simples mots, mais les mots ont une force ! Vous vivez désormais dans une Zone de liberté pour les personnes LGBTIQ.”, a tweeté l’eurodéputé français et rapporteur de la résolution, Pierre Karleskind, après le vote. Dès lors, la Commission Européenne va pouvoir “utiliser tous les outils à sa disposition pour lutter contre les violations des droits fondamentaux” des minorités identitaires. Et cela dans le cadre des sanctions pour infraction aux principes de l’Etat de droit.

A lire aussi : ZONES SANS LGBT : LA POLOGNE DISSUADE CLÉMENT BEAUNE D’Y ALLER

Un jour plus tôt, le parlement européen a débattu sur l’adoption d’une résolution pour mettre en place cette zone à l’échelle de l’UE. Avec cette résolution, l’eurodéputée Terry Reintke y voit “une première étape” dans la lutte contre les LGBTphobies. “Nous savons que nos vies sont encore en danger, nos droits restreints, notre liberté étouffée dans beaucoup trop d’endroits dans l’UE.”, a-t-elle déclaré dans son discours au sein du parlement. De son côté, Pierre Karleskind entend impulser dans la politique européenne pour qu’il y ait “une réponse ferme”. “Le Parlement européen (dont il fait partie, NDLR) met la pression sur la Commission européenne et sur les États membres.”, a-t-il déclaré à l’AFP.

La Pologne dans le viseur

Avec cette nouvelle mesure, l’UE va pouvoir agir contre les zones sans LGBT qui se mettent en place en Pologne, depuis 2019. Lors de son entretien à France Inter, Clément Beaune a assuré que “cela sera à un moment condamné, qu’il y aura des conséquences”. Cette zone permettra ainsi de faire la lumière sur des pays qui véhiculent des chartes à l’encontre des droits humains.