L’Homme de la semaine : Tim Zouari

Modèle photo, entrepreneur, artiste … Touche à tout dans l’âme, Tim Zouari est finalement devenu l’homme qu’il voulait être depuis sa plus tendre enfance. Aujourd’hui, il incarne avec brio...
© François Rousseau

Modèle photo, entrepreneur, artiste … Touche à tout dans l’âme, Tim Zouari est finalement devenu l’homme qu’il voulait être depuis sa plus tendre enfance. Aujourd’hui, il incarne avec brio toute l’étendue de sa personnalité au rythme de ses nombreuses vocations.

« Au fond de moi j’ai toujours été un artiste de scène » Ce sont en ces termes que Tim Zouari se définit, ce qui semble en dire long sur son histoire d’amour avec la performance. Histoire qui, aussi loin qu’il s’en souvienne, commence dans la ville de son enfance, Rabat (Maroc). « A quatre ans, je chantais, je dansais sur la table, je faisais mon show. Et, pendant l’adolescence, je m’entrainais dans ma chambre sur des chansons de Mariah Carey et Ricky Martin », confie-t-il. Rapidement, le jeune homme se lance dans la musique puis sort un album en 2012. C’est le point de départ dans la longue voie qui est toute tracée pour lui.

En 2014, Tim Zouari découvre Paris lors de son stage de fin d’étude. Il décide alors de l’adopter et s’y installe pour étudier les arts de la scène au célèbre Cours Florent. Pendant ce temps-là le jeune homme alterne les métiers dans les médias, la nuit et même dans la mode. « J’ai toujours voulu dédier ma vie à l’art, j’essayais de me rapprocher par tous les moyens possibles de cela à travers la mode et la communication… », exprime-t-il. Cette succession d’expériences, ce que l’artiste saura plus tard, lui ouvrira les portes vers un dessein plus grand encore …

© Virginie Dubois

La ballroom scene, consécration de sa vocation

En 2019, Tim Zouari découvre le voguing grâce à la série Pose de Ryan Murphy. « Au départ, je trouvais cette danse superficielle, froide. Je me sentais loin de tout ça. », confie-t-il. C’est le coup de foudre. Sensible aux valeurs et à la noblesse de ce mouvement le jeune artiste explore ses codes grâce aux membres de la House of Ladurée et lance un tout nouveau concept de soirée : Paris is Dancing. « Une soirée LGBT+ à haute portée culturelle manquait beaucoup à Paris. », exprime-t-il.

Grâce au Voguing, Tim Zouari peut enfin se consacrer à ses passions de scène tout en jouant sur les codes du genre. Car, c’est là toute la définition de son engagement pour la communauté. « Vivre pour une cause et pour laisser une empreinte positive est une source inépuisable de projets, qui te donnent un but et des principes. A l’infini, tu es heureux, tu es occupé, tu es animé. ». Inouï !

© Virginie Dubois

Interview express avec Tim Zouari :

Une journée type, c’est … De la musique, un café, 10 minutes de méditation et une douche tiède. La suite dépend des priorités de la semaine, mais les jours ne se ressemblent pas.

T’arrive-t-il de te poser, de temps en temps ? Seulement lorsque je suis fatigué. J’ai un excès d’énergie que je dois dépenser. Il faut que je fasse beaucoup de choses, tout le temps.

Une phrase qui rythme ta vie ? « Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. » Je n’ai pas peur de me prendre un mur en pleine face, ni même de me jeter les deux pieds dans le vide. Je me construis sur mes douleurs.

L’info en plus :

Tim Zouari élabore actuellement un album avec le label OR Prod et les compositeurs William Pourtales et Bruce Blerald. Des clips seront diffusés au cours de l’année, des showcases s’ensuivront. « L’une des chansons sera dédiée et préformée à l’événement Paris is Dancing, avec les danseurs », énonce-t-il.

Découvrez l’univers de Tim Zouari sur son compte Instagram personnel et celui de Paris is Dancing.

Retrouvez le précédent homme de la semaine ici.

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE