Couleurs d’Avril : le festival militant des LGBT tunisiens.

...

La question de la dépénalisation de l’homosexualité en Tunisie est un sujet hautement d’actualité depuis quelques mois. C’est dans cette logique qu’ADLI, ATP+, Chouf, Damj, Mawjoudin et Shams se sont lancés dans l’organisation d’un festival LGBT, appuyés par l’Institut français de Tunisie.

Dans une Tunisie où l’homophobie est encore très présente dans toutes les couches de cette société fort religieuse, songer à la dépénalisation de l’homosexualité pourra sembler plutôt saugrenu. Pourtant, de nombreuses associations, dont la plus célèbre, « Shams », se battent au quotidien pour faire reconnaître les droits des personnes LGBT et pour qu’enfin, les dispositions homophobes héritées de l’époque coloniale soient abrogées.

Ce combat, ils ne sont pas seuls à le mener et, dans le monde entiers, des soutiens s’accumulent. Ces soutiens sont l’occasion pour les militants d’organiser des évènements et de se faire connaître, comme c’est le cas avec le festival Couleurs d’Avril qui se déroulera les 13 et 14 Avril 2018 à l’Institut français de Tunisie.

Deux jours entièrement consacrés à la lutte pour les droits des LGBT tunisiens

Ce festival culturel permettra aux participants de découvrir de nombreuses oeuvres, qu’elles soient cinématographiques ou théâtrales entre les différentes rencontres et conférences qui viendront ponctuer ces deux jours entièrement consacrés à la lutte pour les droits des LGBT tunisiens.

 

Au programme, vous pourrez d’abord, lors de la semaine culturelle consacrée aux questions LGBTQI++, le Mardi 10, découvrir le film Les Invisibles (2012) de Sébastien Lifshitz puis, le Mercredi 11, La Belle Saison (2015) de Catherine Corsini et enfin, le Jeudi 12, 120 Battements par Minute en présence de Jean Luc Romero.

Le tout s’enchaînera par l’ouverture du festival le Vendredi 13 avec un « Atelier terminologie queer et féministe : langage et pouvoir » avant l’ouverture de « Al Jarjar – le déserteur », une pièce de Imen Mourali et Mohammed Issaoul. Cette journée s’achèvera par deux derniers évènements : le Show de Khoukha Mcqueer et une soirée DJ Set.

Mais le festival ne s’arrêtera pas là puisque, le samedi 14, une rencontre entre le public et les associations sera organisée juste avant l’ouverture de la conférence intitulée « À quand l’abrogation de l’article 230 du code pénal ? ». Une soirée courts métrages sera organisée dans la soirée en prélude à la Restitution du Concours d’écriture et lectures Queer. Le tout s’achèvera en beauté par un Show de Drag king de Amina Sboui et par une seconde soirée DJ Set.

Plus d’infos :
http://www.institutfrancais-tunisie.com