Les Ours de Paris prennent la pose dans une expo

...

Avec #Grosestbeau, les Ours de Paris montrent toute leur force et leur beauté dans l’art. Le résultat, magnifique entre tous, donne une expo, visible en ligne jusqu’au 15 mai. 

Gros est beau… Derrière ce slogan accrocheur se cache l’ambition de la communauté Les Ours de Paris à être visibles, beaux et forts. “Nous avons voulu donner leur coup de griffe à la grossophobie (familiale, professionnelle ou sociale), en proposant à des artistes de créer une œuvre originale, exprimant leur vision de la beauté des gros. 26 d’entre eux, de tous horizons esthétiques, géographiques… y sont ainsi réunis pour affirmer ensemble que Gros est Beau.”, peut-on lire dans leur communiqué. La finalité : “un acte militant destiné à afficher nos corps sensuels, désirants et désirables, et dire notre refus des diktats normatifs imposés dans les médias et sur les réseaux sociaux”. L’expo (virtuelle) est à découvrir jusqu’au 15 mai prochain. 

À la genèse… 

L’idée de lancer un tel projet est née au lendemain de l’annulation (dure) de leur marche des fiertés, en mars 2020 (confinement sanitaire oblige), ainsi que l’élection de Mister Bear 2021. Dès lors, l’association se rapproche des 26 artistes qui les ont accompagnés dans leurs aventures jusqu’à présent. Christine Godeau, FullMano, Madame de Grognasse, Maïc Batmane, Marcus McAllister, Tagame et Tom de Pekin pour n’en citer que quelques-un.e.s. “Les Ours ont besoin de pouvoir s’identifier à des images positives, de ne pas être dans l’invisibilisation. Parce qu’en 2021, la grossophobie est toujours d’actualité et que l’art est une manière de redéfinir les codes du beau.”, confie le collectif.

À lire aussi : Un politicien américain fabule sur les LGBT

Au fur et à mesure, le projet d’exposition prend forme, les pistes de lancement s’esquissent (avec l’idée du Bear’s Den, en novembre). Cependant, les confinements, tels des va-et-vient, mettent à mal la tenue en présentiel de l’événement. A ce moment, ils réfléchissent à un autre format, cette fois-ci sur le web et sur les réseaux sociaux pour finalement éclore en mars 2021. “Chaque semaine, nous publions ainsi 2 à 3 interviews. C’est l’occasion pour les artistes de parler de leur travail, de raconter leur œuvre, mais aussi de partager leur vision de la grossophobie et de la beauté de [nos] corps.”, déclarent-ils. 

Les Ours de Paris

Une rétrospective complète

Du 12 au 15, semaine au cours de laquelle aurait dû se tenir leur fierté 2021, Les Ours de Paris vont relayer l’intégralité des œuvres pendant deux mois. En parallèle, le catalogue de chaque artiste sera disponible afin que vous puissiez vous procurer, sur commande, celle(s) que vous préférez. Et ce, “auprès de l’association, dans les bonnes librairies et les lieux partenaires dès leurs réouvertures”.

Avatar

FERMER
FERMER