Portait de la semaine : L’homme sous l’étendard

  Il y a de ces hommes, souvent bien trop modestes, qui ont marqué un temps, une époque. De ceux qui ont su se battre pour leur conviction, leur...

 

Il y a de ces hommes, souvent bien trop modestes, qui ont marqué un temps, une époque. De ceux qui ont su se battre pour leur conviction, leur liberté et finalement pour les droits de tous. Alors que tous s’érigeaient en barrage contre lui, il a continué à se battre et à lutter sans cesse pour les droits des homosexuels, et aujourd’hui encore son combat continue. Sa lutte, il l’a mené parfois dans l’ombre des plus grands, ou du moins à leur côté tel que Milk. Portrait.

Le projet quilt à Washington DC

 

Début de l’année 1970 à San Francisco, les turbulences sociales sont sur toutes les lèvres, les drogues courent les rues se mêlant dans le sang des crimes, piétiné par les talons aiguille des prostitués. Malgré tout cela, la ville est reconnue comme un eldorado de la tolérance du point de vue de la diversité culturelle. Petit nouveau dans la ville, il lie rapidement des liens amicaux et bien plus avec le leader défendeur des droits homosexuels : Harvey Milk le bien nommé. Il rencontre Milk, alors qu’il réalise un stage dans son bureau, dans le cadre de ses études en sciences politiques à San Francisco State University. À partir de cette rencontre, jamais les deux hommes ne se quitteront jusqu’à l’assassinat du leader politique et ils lutteront ensemble pour les droits des homosexuels et des LGBT. 1978, Milk est tué par Dan White à City Hall, et aussi tué, le maire de la ville George Moscone. Il sera le premier à découvrir le corps de son ami, sans vie. Dès lors, cet événement a rendu la lutte encore plus forte qu’avant, pour la mémoire de Harvey Milk.

Alors que le monde entier comprend doucement qu’un virus, une gangrène attaque ses enfants, en 1983, il crée la première association de lutte contre le SIDA : San Francisco AIDS Foundation. Peu de temps après il décide de créer un étendard pour commémorer la mémoire de tous ces hommes morts du SIDA. Son projet est nommé : Project AIDS Memorial Quilt. À cette époque, de nombreuses personnes qui sont décédées de causes liées au SIDA n’ont pas reçu de funérailles, en raison à la fois de la stigmatisation sociale du sida ressentie par les membres de la famille survivants et du refus direct de nombreux foyers funéraires et de cimetières de s’occuper du défunt. À défaut d’un service commémoratif ou d’un tombeau, The Quilt était souvent la seule chance pour les survivants de se souvenir et de célébrer la vie de leurs proches. Le premier spectacle de The Quilt a été en 1987 sur le National Mall à Washington, DC. Le Quilt a été affiché pour la dernière fois sur le Mall à Washington, DC, en 1996 mais il est revenu en juillet 2012 pour coïncider avec le début de la XIXe Conférence internationale sur le sida de 2012. L’édredon qu’il imagine est devenu le plus grand projet artistique communautaire que le monde a connu, mettant en mémoire la vie de plus de 85 000 américains tués par le SIDA.

Cleve Jones

En mémoire de tous ses amis tombés sous les coups du SIDA, en mémoire de Milk, il a dédié sa vie entière à la lutte des droits des homosexuels et à la lutte contre le SIDA. Sa fondation est aujourd’hui l’une des plus influentes des États-Unis, et chaque année encore elle vient aide à des milliers de personnes. Cleve Jones est le portrait de la semaine.

Vous aimerez aussi :

  • ALERTE ! LES CENTRES LGBT SONT-IlS CONDAMNES ?

    C’est la rentrée. Nouveau président, nouveaux députés. Si les regards se tournent notamment vers l’Assemblée et l’Elysée, un changement d’échelle permettrait de voir une situation autrement plus inquiétante dans...
  • JULIETTE ARMANET

    Intemporelle. Ethérée. Douce et sensuelle. Mélodique et mélancolique. Oui, c’est bien elle. C’est bien la voix de celle qui vogue en solitaire à la conquête des enseignes lumineuses. Seule...
  • La culture près de chez vous !

    Ettore Sottsass designer du monde, au château de Montsoreau-Musée d’art contemporain Par Cécile SHAMS Seul château de la Loire construit dans le lit du fleuve à la Renaissance, le...
  • Prostitution gay : la fin d’un tabou?

    Depuis quelques années, Internet a modifié notre regard quant à l’escorting. S’il y a de moins en moins de prostitués de rue, le nombre d’escorts gay ou de clients...