En Hongrie, Viktor Orban envisage un référendum sur la nouvelle loi anti-LGBT

...
Viktor Orban

Dans une vidéo diffusée sur Facebook, le Premier ministre de Hongrie, Viktor Orban a annoncé son intention de tenir un référendum sur les questions de protection des enfants. Une démarche qui a pour but de lutter contre la pression de l’Union européenne sur la nouvelle loi anti-LGBT en Hongrie.

Viktor Orban a accusé  l’Union européen d’avoir abusé de ses pouvoirs en contestant les récents amendements aux lois hongroises sur l’éducation et la protection des jeunes.

« On parle de l’avenir de nos enfants, nous ne pouvons donc pas céder du terrain sur ce problème », a-t-il déclaré dans la vidéo sur Facebook, le mercredi 21 juillet. « Au cours des dernières semaines, Bruxelles a clairement attaqué la Hongrie en raison de sa loi sur la protection de l’enfance. Les lois hongroises n’autorisent pas la propagande sexuelle dans les jardins d’enfants, les écoles, à la télévision et dans les publicités », a-t-il rajouté.

A lire aussi : HONGRIE : LES NOUVELLES MESURES ANTI-LGBT ADOPTÉES PAR LE PARLEMENT

Le Premier ministre hongrois n’a pas annoncé la date du référendum. Il a toutefois ajouté qu’il comprendrait cinq questions. Le but de ces cinq questions sera de demander aux Hongrois s’ils soutiennent la mise en place d’ateliers sur l’orientation sexuelle dans les écoles sans leur consentement, ou s’ils pensent que les procédures de changement de sexe devraient être encouragées auprès des enfants.

Orban a déclaré que les questions incluraient également si le contenu qui peut affecter l’orientation sexuelle des enfants devrait être diffusé sans aucune restriction, ou si les procédures de changement de sexe devraient également être mises à la disposition des enfants. De sa part, la Commission européenne ne s’est pas encore exprimée sur le projet d’Orban.

Encore un acte homophobe

En Hongrie, Une nouvelle loi anti-LGBT contre la promotion de l’homosexualité et du changement de genre dans les écoles. Suite à cette mesure, Bruxelles adopté des mesures qui bloquent le financement de l’UE pour Budapest. Le Premier ministre hongrois, au pouvoir depuis 2010 se présente comme un défenseur des valeurs chrétiennes traditionnelles du libéralisme occidental.

FERMER
FERMER