GPA : la justice israélienne prend une décision majeure

...

Ce week-end, la Haute Cour de justice israélienne a annoncé l’ouverture de la GPA aux couples d’hommes. Une avancée majeure qui vient conforter ce pays du Moyen-Orient dans sa place de leader sur les droits LGBTQI+.

Historique ! Dimanche 11 juillet, la justice israélienne a statué en faveur de l’extension de la GPA à toutes les typologies de famille. « Nous ne pouvons pas accepter le préjudice persistant et contraire aux droits humains que constitue le dispositif existant sur la GPA », a écrit la présidente de l’institution, Esther Hayut. En ce sens, la magistrate a lancé un ultimatum au gouvernement afin qu’il adopte une réforme significative, dans les six mois suivant cette présente décision. De quoi perturber la bonne tenue des alliances politiques en place, parmi lesquelles se trouvent des personnalités anti-LGBTQI+.

Un long combat

Depuis 1996, l’État hébreu a toujours été progressiste sur ce volet médical. Dans un premier temps, cette pratique, ouverte aux personnes hétérosexuelles, a permis aux hommes célibataires de recourir à des mères porteuses pour agrandir leur famille. De même, les couples gays avaient la possibilité de faire reconnaître les enfants issus d’une GPA à l’étranger. L’Inde, le Népal, la Thaïlande et les États-Unis, pour citer quelques pays. 

À lire aussi : La Tel Aviv Pride attire plus de 100 000 personnes

Au début de la précédente décennie, Etai et Yoav Arad-Pinkas, un ménage homosexuel, saisit l’instance judiciaire sur cette question. Dès lors, un long débat s’engage, mais amène un premier échec. En 2015, ces deux mêmes hommes entreprennent une seconde tentative. Et là, la décision de l’institution israélienne est positive, puisque cette dernière exige de l’exécutif, sous l’égide de Benjamin Netanyahou, d’adopter un projet de loi dans les douze mois, en février 2020. Une demande obligatoire que réitère aujourd’hui la Haute Cour avec plus de fermeté. 

GPA
Crédit photo : Twitter

Une position saluée

Dans toutes les bouches et les lignes, « l’égalité, enfin ! » a été unanime au sein de la classe politique et chez les activistes LGBTQI+. « Être parent est un droit humain fondamental et cette décision est moralement et socialement appropriée. », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Yair Lapid, sur Twitter. Une position qu’a rapidement rejointe le représentant de la défense au gouvernement, Benny Gantz. Toutefois, on espère que tous les élus seront favorables à cette mesure, d’autant plus qu’une partie de l’union autour du Premier ministre est ultraconservatrice. 

FERMER
FERMER