Naples

Naples légifère sur les LGBTphobies dans la région

En Italie, le parlement régional de Naples a adopté un texte sur les discriminations LGBTphobes, mercredi 5 août. Avec cette loi, il lance un message fort au pays.  Prendre...
Naples
Crédit photo : arcigay-napoli

En Italie, le parlement régional de Naples a adopté un texte sur les discriminations LGBTphobes, mercredi 5 août. Avec cette loi, il lance un message fort au pays. 

Prendre le pas ! En Campanie, le parlement régional de Naples a appliqué un texte pour légiférer les LGBTphobies, mercredi 5 août. Avec l’adoption de cette réforme, l’institution politique lance un signal positif dans le pays. “C’est une journée historique, une victoire pour tous et pour nos associations.”, s’est réjoui le président d’Antinoo Arcigay Napoli, Antonello Sannino. Après la Sicile en 2015 et l’Emilie Romagne, l’an dernier, la Campanie devient, en ce sens, la sixième région a déployer un tel dispositif sur son territoire. 

Dans la continuité de la loi sur les violences sexistes et domestiques, la région va mettre en place un observatoire sur l’homophobie et la transphobie. Un projet que l’association Arcigay avait soutenu à l’époque, avec 2400 signatures en sa faveur. “Les régions restent une institution essentielle dans la construction des parcours culturels et de politiques. [L’objectif], respecter les différences et protéger ceux qui souffrent de discrimination et de violence.”, a rappelé Monica Cirinnà, députée à l’origine des unions civiles pour toutes.

Vers un débat national

Depuis fin juillet, les députés discutent du projet de loi sur l’homophobie et la transphobie, les tensions se font sentir. L’opposition de droite, proche de l’église catholique, a notamment le caractère “dictatorial” de la réforme, qui porte atteinte à la liberté d’opinion. A contrario, le mouvement cinq étoile et le parti démocrate sont favorables à une adoption du texte. 

Lisez aussi : LOI BIOÉTHIQUE, LES DÉPUTÉS VALIDENT UNE NOUVELLE FOIS LE PROJET

Alessandro Zan

A l’initiative de Alessandro Zan, député du parti démocrate, le projet de loi entend ajouter l’orientation sexuelle et l’identité de genre dans les motifs de crime haineux. De même, l’Etat serait en charge de l’assistance juridique des victimes de ces actes. En conséquence, avec les vacances parlementaires, le vote de la réforme va avoir lieu en septembre.

Avatar

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE