Le Tango

Le Tango à Paris ne devrait pas fermer !

...

Dans une interview vidéo exclusive Hervé Latapie le gérant de la Boîte à Frisson au sein la célèbre boite LGBT Parisienne le Tango, nous explique que la Mairie de Paris va lui proposer une alternative, en achetant l’immeuble et en lançant un appel d’offre. Un espoir qui nous ravi tous, car Le Tango est indiscutablement un lieu emblématique de notre communauté. Après le fiasco du déménagement, hors du Marais, des Mots à la Bouche, la mairie de Paris semble enfin avoir compris les enjeux de ces lieux qui font vivre le quartier gay.

Propos recueillis par Christophe SORET

Quel est l’ADN et la spécificité de ton lieu LGBT ? 

La Boîte à Frissons au Tango a plusieurs spécificités : il suffit de reprendre ses premières publicités pour en comprendre l’ADN. Dès son lancement en 1997 on annonçait la couleur, différente des autres boîtes. D’abord un titre français : le bal de la Boîte à Frissons, Boîte à Frissons qui signifie accordéon ! Et le bal est gay et lesbien : cette mixité est rarement invoquée dans les lieux commerciaux. Pour finir je pense avoir lancé l’expression « hétéro friendly ». Cela nous donnait donc comme slogan : toutes les musiques, toutes les danses, tous les publics. Bref un joli mélange des genres.

Un article de Têtu paru il y a peu fait état d’un risque de fermeture ?

 Ce risque est en effet sérieux. Il y a en premier lieu la crise sanitaire, nous sommes fermés depuis le mois de mars 2020, comme toutes les discothèques. Du coup les propriétaires ont décidé de mettre en vente l’immeuble entier, sans avoir aucune garantie que la discothèque soit conservée. Enfin je suis moi-même arrivé à un âge où j’ai le droit de penser à ma retraite, et malheureusement à la suite du confinement mon équipe s’est disloquée.

Pourtant La Mairie de Paris semble vouloir t’aider et propose une solution ?

 Lorsque j’ai appris la mise en vente de l’immeuble j’ai informé le maire de Paris Centre Ariel Weil, et avec efficacité son cabinet a compris l’enjeu. Avant même le buzz de l’article de Têtu la Mairie a étudié le moyen de sauver ce lieu plus que centenaire. Je crois savoir que les négociations avancent. Il est plus facile pour la Mairie d’acheter un immeuble avec des logements que juste un fonds de commerce qu’elle n’a de toute façon pas vocation à exploiter.

Si cet espoir se concrétisait comment verrais-tu les choses ? J’ai cru comprendre que tu ferais évoluer le projet ?

Personnellement, j’ai été extrêmement surpris par l’ampleur des réactions de soutien sur les réseaux sociaux. Moi qui était meurtri par la fermeture prolongée et la dislocation de mon équipe, j’étais prêt à tourner la page pour passer à autre chose. Et tout d’un coup le public manifeste son attachement à un style et des choix particuliers. La Boîte à Frissons a défendu une certaine idée de l’engagement LGBT, cela a été un lieu communautaire ouvert. Si la mairie rachète l’immeuble, Le Tango pourrait non seulement survivre, mais sous une forme encore plus intéressante. Bien sûr je m’engage à participer activement à cette renaissance, je ne serai plus Madame Hervé taulière (j’ai passé l’âge), mais mon expérience servira pour concevoir et lancer un lieu en total adéquation avec l’esprit Boîte à Frissons.

Tristan Barreiros Gueunier

Sa passion secrète : il écoute Les Grosses Têtes de Laurent Ruquier tous les soirs en podcast, il ne peut pas dormir sinon... Sa manie : il ne peut pas s'empêcher de répondre et enchainer une chanson à chaque fois qu'on lui parle...
FERMER
FERMER