football

LGBTphobies : le sport doit agir et inclure dès maintenant !

...

En cette journée de lutte contre les LGBTphobies,  le monde du sport a rappelé l’importance d’inclure la diversité. Un moyen de démontrer qu’il reste encore un certain travail.

Au cours d’une conférence en ligne, différent.e.s intervenant.e.s ont réitéré la nécessité de se mobiliser face aux LGBTphobies. Parmi e.ux.lles, Élisabeth Moreno, Roxana Maracineanu, Pascale Reinteau et Manuel Picaud pour n’en citer que quelques-uns. “Il y a beaucoup de tabous sur l’identité de genre, le parcours des personnes trans est particulièrement difficile. Les discriminations inconscientes demeurent, avec des compétitions limitées aux couples hétérosexuels dans le patinage, ou une pratique de la gymnastique rythmique quasiment exclusivement réservée aux femmes.”, a déclaré le coprésident de FIER, dans une interview à paraître dans le prochain numéro de Garçon Magazine.

À lire aussi : LGBTIPHOBIES : LA BAISSE DES TÉMOIGNAGES EST-ELLE UN MAUVAIS SIGNE ?

Dix ans après l’adoption de la charte contre l’homophobie, les différents discours ont fait état d’un manque cruel de représentation des personnes LGBTI+ dans le sport. Depuis le coming-out de l’athlète Amélie Mauresmo, en 1999, peu de professionnels ont dévoilé publiquement leur orientation sexuelle. Et ce, par peur du déclin de leur carrière. À ce jour, seuls Guillaume Cizeron, Yoann Lemaire (présent à l’événement), Ouissem Belgacem ou encore Mélanie Hénique sont out. “En dépit des dispositions et des lois, les incidents sont mal recensés, souvent traités à minima. On a toujours une certaine invisibilité des athlètes de haut niveau LGBT.”, a confié le fondateur de FIER, toujours pour Garçon Magazine.

Deux initiatives innovantes

Pendant cette intervention en ligne, les deux organisations LGBTI sportives, la FSGL et FIER, ont dévoilé la mise en place d’initiatives inclusives. En tête, la première structure a profité de cette occasion pour diffuser son spot promo, Better Together. Dans la forme, comme le fond, un clip de sensibilisation, un carnet inclusion et des portraits de sporti.f.ve.s vont servir de pilier à cette importante campagne.

De leur côté, FIER a promu son guide de préconisations, qui va légitimer son appel à projets et son label. “Le sujet concerne tout le monde du sport. Il est donc nécessaire de toucher toutes celles et tous ceux qui en font aujourd’hui, du/de la président.e de fédération à l’éducateur.”, explique Pascale Reinteau.

Plus d’infos :

Vous pouvez revoir le replay de la conférence en ligne sur Facebook

Avatar

FERMER
FERMER