Disco Ball

Disco Ball, divin récit d’une vie comme au cinéma

Divisé en deux parties, Disco Ball suit les expériences de vie de trois personnages, Tim, Luke et Camille. Dans une quête d’identité, faite de voyages, les héros vont tracer...
Disco Ball

Divisé en deux parties, Disco Ball suit les expériences de vie de trois personnages, Tim, Luke et Camille. Dans une quête d’identité, faite de voyages, les héros vont tracer leur propre existence à la manière d’un film de cinéma. Soit, une narration entrecroisée, défiant l’espace et la temporalité, d’une fluidité incroyablement divine. Pour Garçon Magazine, Benoît Gallot revient sur la genèse de son quatrième ouvrage et plus encore.

Comment avez-vous entrepris l’écriture de cet ouvrage ?

J’ai d’abord démarré l’écriture de Disco Ball par sa seconde partie, « Prismes ». Je me suis beaucoup attaché à l’un de mes personnages, Crayme Bru-Lay, qui, au fil des chapitres, m’a de plus en plus intrigué. J’ai alors voulu explorer son passé et lui consacrer un livre à part entière. 

De là a émergé l’idée de la première partie de Disco Ball aka « Un jour, tu prendras de la hauteur ». Conscient des liens indéfectibles qui se tissaient au fur et à mesure de mon travail d’écriture,  j’ai finalement fusionné les deux sections en créant des liens narratifs plus aboutis; Disco Ball est alors né dans son format actuel. 

Que symbolise le titre Disco Ball ? 

Disco Ball renvoie à sa traduction française de boule à facettes, avec ces petits carreaux réfléchissants qui recouvrent toute sa surface. Tout comme cet objet quasi-universel, nous sommes, à quelque part, un ensemble de petits riens qui constituent un tout. 

A lire aussi : LA FONDATION TOM OF FINLAND RENOUVELLE SON CONCOURS D’ARTISTES

Suivant l’angle que nous présentons à l’Autre, nous arborons différentes couleurs, nous cachons certaines parties de nos existences et nous sommes capables de faire rêver tout comme faire perdre la tête à nos semblables. 

On sent une forte empreinte cinématographique dans les titres de vos chapitres. Est-ce une manière pour vous de dire que littérature et cinéma sont étroitement liés ? 

Parfaitement ! Lorsque je pose les mots sur la page blanche, il s’impose une forme de musicalité, de rythme qui se traduisent par des images très précises dans mon cerveau. Je crois beaucoup au sens de la mise en scène et l’imaginaire de celui qui écrit, vecteur permettant de donner vie à une suite de lettres.

Finalement, le but de Disco Ball est-il de donner une voix supplémentaire à la communauté LGBTQI+ ?

Clairement ! Avec Disco Ball, il y a cette envie de rendre hommage à des personnages affirmés et authentiques. Ces individus avancent dans l’existence en embrassant leur différence et en la transformant en une force infinie pour eux mais aussi pour leurs proches. J’ai une grande admiration pour eux.

Après, le but de mon roman est avant tout de parler de la transmission, de la passation des expériences de l’Autre qui peuvent nourrir de manière indirecte le vécu de nos semblables et amener à beaucoup de compassion.  

Aujourd’hui, êtes-vous particulièrement fier de ce livre ? 

Absolument. « Disco Ball » est sans aucun doute mon projet le plus abouti à mes yeux. Que ce soit au niveau des thématiques abordées mais également mon style littéraire, j’ai mis énormément de moi dans sa création. 

Sans être pour autant autobiographique, il est évident que des rencontres, des situations vécues de près ou de loin, ont définitivement influencé le résultat final.

Parallèlement à Disco Ball, avez-vous d’autres projets d’écriture pour la suite ?

Oui. Je viens de terminer l’écriture de la suite de mon tout premier roman « Prenez à droite à la prochaine intersection ». Je vais bientôt le soumettre à la maison d’Édition des 3 Colonnes qui me suit depuis mes débuts. 

Découvrez également : J’AI 2 AMOURS, LA BISEXUALITÉ TRAITÉE AVEC MODERNITÉ ET HUMOUR

J’ai aussi démarré l’écriture d’un recueil de nouvelles sur le thème du temps. De même, j’ai fini la rédaction d’une pièce de théâtre (« Avec des Si… »), un autre projet qui me tenait à cœur tout autant. 

Enfin, auriez-vous un message à adresser pour inciter les lecteurs de Garçon Magazine à se procurer votre ouvrage ? 

« Disco Ball » vous fera voyager – littéralement et mentalement. C’est une invitation à découvrir l’évolution de deux personnages partis à la découverte de leur être le plus profond. 

Plus d’infos : 

Avant Disco Ball, Benoît Gallot a également écrit « Prenez à droite à la prochaine intersection », « La Ronde Épistolaire » et « Du Rififi sur la Lagune ». Vous pouvez donc vous procurer ce quatrième ouvrage chez les librairies partenaires des Éditions des 3 Colonnes.

Avatar

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE