La France

La France va généraliser la prescription de la PrEP

...
La France

En France, le gouvernement a proposé un projet de loi pour généraliser la prescription de la PrEP, mardi 1er décembre. Un geste symbolique en cette journée mondiale de lutte contre le VIH. 

Une belle avancée ! A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le VIH, la France a annoncé la généralisation de la PrEP. Jusqu’à présent, seuls les médecins spécialisés dans le VIH, en milieu hospitalier et en CeGIDD, ont prescrit ces traitements. Les médecins généralistes n’ont pu que renouveler les ordonnances. « Les médecins libéraux [les infirmières et les sages-femmes, ndlr] pourront bientôt [la] prescrire en primo-prescription. C’est l’affaire de quelques semaines. », a déclaré Olivier Véran lors des questions au gouvernement, à l’Assemblée nationale. “Le Conseil d’Etat a été saisi d’un projet de décret permettant la primo-prescription de la PrEP par les médecins de ville.”, a ajouté le ministre de la santé. En conséquence, le gouvernement devrait adopter cette réforme, au début de l’an prochain. 

A lire aussi : L’Onusida va lancer un vaste plan contre le VIH

Cette initiative intervient alors que la prescription de la PrEP a connu « un infléchissement de la dynamique de diffusion de la PrEP du fait de la crise sanitaire ». En juin dernier, seules 30 000 personnes ont pu accéder à ce traitement préventif. « 59% des usagers de la prophylaxie pré-exposition l’ont arrêtée en raison d’une diminution de leurs rapports sexuels.”, a indiqué l’enquête ERAS, précisant que 15% d’entre eux n’ont pas renouvelé le traitement, à la sortie du confinement.

Pire encore, Santé publique France a recensé une nette baisse du nombre de dépistages, estimée à 56%, pendant le premier confinement. « La chute du nombre de sérologies observées, notamment en mars-avril, n’a pas été compensée par un rattrapage en juin-juillet, ce qui laisse craindre un déficit global de dépistages pour 2020.”, a souligné l’organisation dans un bulletin officiel. En ce sens, Olivier Véran espère freiner la propagation des IST/MST avec ce renforcement dans l’accès à un dépistage généralisé.

Un travail coordonné

Parallèlement à cette extension, la réforme entend également mettre le milieu communautaire au cœur du dispositif. A partir du 1er décembre, quatre centres de santé sexuelle, à Paris, Lyon, Marseille et Montpellier vont pouvoir faciliter l’accès des personnes les plus vulnérables aux traitements et moyens de prévention sur le VIH, les hépatites et les IST. « 6.000 contaminations (au VIH) par an, c’est trop », a déclaré Olivier Véran, rappelant ainsi l’importance de la prévention.

Avatar

FERMER
FERMER