Pierre, “Je suis célibataire et je le vis très mal”

Originaire de Liège (Belgique), Pierre vit très mal son célibat à 44 ans. Jusqu’à présent, il n’a pu s’engager avec un autre homme dans une relation sérieuse et pense...
Pierre

Originaire de Liège (Belgique), Pierre vit très mal son célibat à 44 ans. Jusqu’à présent, il n’a pu s’engager avec un autre homme dans une relation sérieuse et pense ainsi que l’amour ne se présentera plus jamais à lui. Il se confie sur ce problème.

Trouver une solution ! Aussi loin qu’il se souvienne, Pierre pense avoir précipité les événements, jusqu’à maintenant. Pendant les quelques relations qu’il a entretenues, il a fait confiance très vite, a mis beaucoup d’espoirs dès le début et s’est rapidement livré et donné à l’autre. “Je ne prends pas le temps de connaître l’homme que je rencontre.”, confie-t-il. Selon lui, le problème repose principalement sur son mental, puisqu’il a “tendance à intellectualiser”, et à se poser mille questions, à faire une fixette H24 sur l’être aimé et désiré. “Physiquement, je ne suis pas trop mal et ai beaucoup de charme : 1,81 m, 80 kg, yeux bleus, crâne dégarni.”, estime-t-il. 

A lire aussi : Eddy, de la fondation d’une famille d’accueil

Pourtant cet empressement n’a pas toujours été présente en lui. Lorsqu’il découvre son homosexualité à 21 ans, Pierre a pris le temps d’apprivoiser sa sexualité. En ce sens, au cours d’une relation avec un membre d’une chorale universitaire (dont il faisait partie), il découvre les joies de la relation, bien que dans le secret : masturbation, baiser, etc. “C’était suffisant pour me positionner plus avant dans mon attirance sexuelle envers les hommes.”, exprime-t-il. Cependant, dès qu’il vit son homosexualité en toute libertés, les attentes se font plus importantes et exigeantes, sur les qualités, les centres d’intérêt, le rythme de vie, le rapport à l’autre, etc. C’est une manière pour lui de savoir “si la personne est bienveillante ou non, intérieurement”. Néanmoins, en dépit de toutes ces précautions, Pierre tombe parfois sur des hommes inaccessibles, hétéro ou bi.

Des problèmes à la solution

En septembre dernier, Pierre est ressorti d’une relation bouleversante avec un Français, présent à Liège pour suivre une formation professionnelle. En cause, l’homme aimé a mené pendant leur relation une double vie, faite de mensonges. “Début octobre [2020], je l’ai vu en bonne compagnie à une terrasse.”, confie-t-il, attristé. C’est la douche froide. Pour tenter de soigner ses plaies, il enchaîne les aventures sans lendemain, avec des hommes bis et gays. 

Découvrez également : ACGLSF, l’association qui porte une double voix aux personnes sourdes et queer

Depuis mai 2019, Pierre décide de voir un thérapeute pour se confier sur ces problèmes, là où il ne pouvait le faire avec ses amis et sa famille sans crainte. Grâce à ça, il obtient les clés pour reprendre progressivement sa vie en main. En parallèle, il reprend ses petites habitudes sur les sites et applis, mais aussi dans les établissements gay, avec un meilleur recul. Aujourd’hui, l’homme belge a rencontré une personne dans la même situation que lui. Sans forcément se rapprocher, ils se confient tour à tour sur les mauvaises expériences amoureuses qu’ils ont vécues chacun de leur côté. Aujourd’hui, en grands amis, ils ne se quittent pas. Magnifique !

Plus d’infos : 

Si, comme Pierre, vous souhaitez partager votre histoire, envoyez un mail à l’adresse suivante : journaliste@garcon-magazine.com. Nous serons ravis de la relayer.

Avatar

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE