Propos homophobes

Propos homophobes : des associations saisissent l’IGPN

...

Les associations FLAG !, Mousse et Stop homophobie ont saisi l’IGPN pour des propos homophobes, jeudi 25 février, pour des propos homophobes. Cette action fait suite à une intervention musclée des forces de l’ordre, en début de semaine.

Propos homophobes
Crédit photo : capture d’écran Twitter

Honteux ! Jeudi 25 février, les associations FLAG !, Mousse et Stop Homophobie ont saisi l’IGPN pour des propos à caractère homophobe. « Ce contrôle de police a lieu dans un contexte intersectionnel, où plusieurs facteurs de discrimination s’entremêlent. Le policier s’est autorisé à employer des insultes homophobes pour rabaisser le jeune qui est interpellé. Ici aussi, racisme et homophobie sont inextricablement liés », a déclaré Me Étienne Deshoulières, avocat des associations, à Têtu. En conséquence, des mesures vont certainement être prises à l’encontre des personnes visées. A raison, le préfet de Paris lui-même, Didier Lallement, a également alerté la police des polices. Affaire à suivre, donc.

A lire aussi : Un camp de vacances gay américain rejette les trans

Lundi 22 février, au cours de la soirée, des policiers ont interpellé des jeunes hommes dans le quartier de La Chapelle, à Paris 18. Alors qu’ils les immobilisent, l’un d’eux s’en prend verbalement à eux. « Ferme ta gueule, je t’encule moi. Ferme ta gueule, petit pédé. Petit pédé que tu es. Tu n’es pas un homme, t’es un petit pédé.”, déclare-t-il alors aux jeunes hommes. Un témoin, présent à proximité du lieu d’intervention, a filmé l’intégralité de la scène avant de la partager sur Twitter, trois jours plus tard. Devenue rapidement virale, la vidéo a ainsi attiré l’attention de la préfecture et des associations LGBTQI+ qui entendent aujourd’hui agir pour que justice soit faite. 

Des faits peu entendus

Dans son rapport annuel, publié en juin 2020, SOS homophobie a déploré que ces incidents ne soient pas davantage considérés. En cause, l’association n’a recensé que 27 actes de ce type jusqu’à présent, ce qui représente seulement 1% de ses témoignages. « Cependant, les situations impliquant des membres de la police ou de la gendarmerie sont en nette augmentation, de 77% des cas en 2018 à 85% en 2019 », remarque l’association, citée par Têtu.

Découvrez également : Droits LGBTQI+ : Elisabeth Moreno passe dans l’Oise

Pour ces raisons, les initiatives de l’association FLAG ! tentent de remédier à ce manque d’actions de taille au sein des pouvoirs publics et des politiques gouvernementales. Dans chaque commissariat, l’association a notamment sollicité les services d’un référent-liberté qui sensibilise le personnel. De même, le lancement de leur appli permet de signaler en temps réel des agressions à caractère LGBTphobe. « Si ces signalements restent faibles, c’est parce que les problèmes avec les forces de l’ordre interviennent souvent de façon secondaire. », souligne SOS homophobie.

Avatar

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

FERMER
FERMER