The Voice : la réaction de Vianney attise la polémique

...

Lors de la dernière émission de The Voice, la réaction de Vianney a attisé la polémique chez des activistes LGBTQI+, ce week-end. A raison, un candidat a chanté le couplet “LGBTphobe” du titre “Suicide Social” d’Orelsan.

Pas très commode ! L’attitude de Vianney, durant le dernier prime de The Voice, n’a pas fait plaisir aux activistes LGBTQI+, dimanche 21 février. “C’est marrant comme Vianney, qui chialait la semaine dernière sur un slam anti-avortement, a l’air bien plus en forme sur le passage homophobe de Suicide Social. », a publié Le Coin des LGBT+ sur Twitter. Dès lors, quelques critiques ont fusé à l’encontre du juré de l’émission. “Evidemment, @VianneyMusique est un réac’ facho homophobe… Dans sa logique, c’est normal que ce passage homophobe l’ait motivé !! Cet “artiste” est à gerber…”, a notamment martelé un certain Chris sur le réseau social. 

A lire aussi : 800 athlètes allemands défendent le coming-out

Cette réaction de Vianney est intervenue au même moment où le candidat Vincent a interprété le couplet “LGBTphobe” en question. « Adieu lesbiennes refoulées, surexcitées / Qui cherchent dans leur féminité une raison d’exister / Adieu ceux qui vivent à travers leur sexualité / Danser sur des chariots, c’est ça votre fierté ? / Les Bisounours et leur pouvoir de l’arc-en-ciel / Qui voudraient me faire croire qu’être hétéro c’est à l’ancienne / Tellement tellement susceptibles / Pour prouver que t’es pas homophobe faudra bientôt que tu suces des types. », a-t-il alors chanté. Le soir même et le lendemain, les termes “Vianney”, “Orelsan” et “Suicide Social” ont vite grimpé dans les recherches tendances sur Twitter France. Incroyable ! 

https://www.youtube.com/watch?v=zcHBGocKfOs

Des réactions pas si unanimes

Sur la publication du collectif “Le Coin des LGBT”, les prises de parole ont vite glissé vers le sujet même de chanson. Quand certains ont pointé la visée discriminatoire de la chanson d’Orelsan, la plupart a soutenu les trois partis : Vianney, Orelsan et le candidat de The Voice. “Orelsan joue un personnage torturé, en dépression qui est sur le point de suicider. Ce personnage vomit toute sa haine de la société via un fond de vérité, des exagérations, des généralités, etc. C’est même la base de la chanson, tout le monde prend tarif.”, a ainsi nuancé un homme sur Twitter. 

Découvrez également : Le livre culte « Eye to Eye: Portraits of Lesbians » est de retour 40 ans après sa sortie

A côté de ça, d’autres personnes ont cherché à ramener la discussion au sujet même, soit la réaction de Vianney. “Ce passage “homophobe” ne veut pas dire que Orelsan est homophobe, le problème n’est pas la chanson mais le fait que Vianney s’est mis à gueuler à CE passage.”, a souligné un internaute sur le réseau social.

The Voice

La polémique s’allonge

Face à cette (petite) polémique, le participant à The Voice, Vincent, a également été visé. En cause, un des anciens tweets, raciste et homophobe, a refait surface. “Je suis pas PD, sous-race.”, avait-t-il fustigé à un internaute, qui avait dû engagé une conversation avec lui, à l’époque. « Depuis ce matin, je vois de vieux tweets qui ressortent que j’avais écrit quand j’avais 17 ans. », a-t-il tenté d’expliquer. « En relisant ces messages, j’éprouve un sentiment de honte. Ce sont des propos de cour de récré d’un ado inconséquent qui me font froid dans les dos. Je ne pensais pas un mot de ce que j’ai écrit. Je demande pardon à toutes les personnes que j’ai pu offenser avec ces messages honteux. » , a-t-il poursuivi, dans une once d’excuses. Ce qui n’a pas convaincu les internautes.

De quoi mettre davantage le feu aux poudres au scandale, la société de production a directement réagi à la polémique.  » Ces messages restent incompatibles avec nos valeurs et contraires aux engagements pris par les talents qui participent à ‘The Voice’‘. », a déclaré ITV Studio dans un communiqué. « Sa participation au programme s’arrête aujourd’hui. », a-t-il ajouté. Pas de suite donc pour le jeune talent, qui avait pourtant ravi le jury.

Avatar

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

FERMER
FERMER