Joe Biden

Joe Biden exhorte le Congrès d’adopter l’Equality Act

...

Joe Biden a demandé au congrès américain d’adopter au plus vite l’Equality Act, jeudi 18 février. Cette prise de position intervient alors que le président souhaite tenir sa promesse de campagne. 

Joe Biden

Un impératif ! Dans un communiqué, Joe Biden a appelé le Congrès américain à voter en faveur de l’Equality Act, jeudi 18 février. “Il est temps que le Congrès adopte cette loi sur l’égalité parce que personne ne devrait jamais être victime de discrimination ou vivre dans la peur en raison de qui il est ou de qui il aime.”, a martelé le leader des Etats-Unis. “Chaque personne doit être traitée avec dignité et respect, et ce projet de loi représente une étape cruciale pour faire en sorte que l’Amérique soit à la hauteur de nos valeurs fondamentales d’égalité et de liberté pour tous.”, a-t-il poursuivi, saluant ainsi la prise de position d’un membre du Congrès, David Cicilline. 

Projet de Barack Obama, le projet de loi a fait sa première apparition sur la scène politique en 2019. Pourtant adoptée majoritairement au sein de la Chambre des Représentants, à 236 favorables, la réforme n’a jamais progressé dans les débats, le Sénat étant sous contrôle républicain. Alors, au cours de sa campagne, Joe Biden en a fait son cheval de bataille dans son profond engagement à inclure toutes les minorités. “La pleine égalité est refusée aux Américains LGBTQ+ et à leurs familles depuis beaucoup trop longtemps. Malgré les progrès extraordinaires réalisés par la communauté LGBTQ+ pour garantir ses droits civils fondamentaux, la discrimination est toujours endémique dans de nombreux domaines de notre société.”, a-t-il déclaré, pour justifier sa politique pro-LGBTQI+. Aujourd’hui, le président américain entend tenir sa promesse, en faisant tout son possible pour que la réforme voit le jour avant les 100 premiers jours de son mandat.

A lire aussi : L’élu Brian Sims brigue le Sénat de Pennsylvanie

Des voix dissonantes

Avant et lors de son introduction dans les débats politiques, de nombreuses personnalités ont clamé leurs oppositions au projet. En tête, l’élu Mitt Romney, proche de Donald Trump, y voit une atteinte aux libertés religieuses et aux droits civiques. A raison (pour lui), cette réforme aura un impact négatif dans les différentes sphères de la société. Sa prise de position a reçu le soutien de nombreux hommes et femmes politiques. Ces mêmes personnes ont respectivement exprimé leurs inquiétudes dans cette même lettre ouverte de Washington Blade

Avatar

FERMER
FERMER