Othman, un homme en phase avec lui-même

...

Influenceur, activiste, chroniqueur, homme d’affaires… A 35 ans, Othman coche tous les objectifs qu’il se fixe et ne cesse de se challenger. Marquant une pause dans son itinérance perpétuelle, il nous ouvre les portes de sa vie. 

Othman

Tout un concept ! Au premier regard, Othman arbore un grand sourire et une fierté à toute épreuve. Il est droit dans ses bottes, bien apprêté, soigne son attitude et montre la confiance qu’il a en lui-même. A raison, la jeune personnalité parisienne livre son image en toute sincérité, celle “d’un ami loyal, d’un petit ami et d’un père (d’animaux, ndlr) dévoué, d’un fils aimant et d’un grand-frère impliqué”. Usant ses réseaux comme une fenêtre fidèle et non filtrée de sa vie et de son quotidien, le jeune trentenaire s’écarte ainsi des standards qui se limitent à une journée ou bien un message. A son point culminant, ses médias sociaux constituent une parfaite occasion de montrer toute l’étendue de ses talents, dans les arts de la scène et plus encore. 

Une progressive acceptation

Pourtant, Othman n’a pas toujours eu cette grande confiance qu’il possède aujourd’hui. Originaire de Casablanca au Maroc, le jeune homme prend conscience de sa différence au cours des années collèges. “A 13 ans, ce n’est pas évident de se rendre compte qu’on ne vit pas les mêmes expériences que nos camarades.”, confie-t-il, peiné. Loin des réseaux sociaux, Othman se construit seul avec l’âge, mais aussi au fil des expériences de la vie, souvent faites de douleurs. “Je ne suis pas de la génération Instagram. Nous n’avons donc pas eu de repères ou d’exemples et nous sommes beaucoup moins affirmés qu’en 2021.”, déplore-t-il. 

A lire aussi :  ANTHONY, UN JEUNE NATURISTE BIEN DANS SON CORPS

Lorsqu’il quitte son pays natal pour s’installer à Paris, Othman découvre un tout autre monde. Il y voit alors l’occasion d’affirmer encore plus son identité, de s’émanciper et de saisir toutes les opportunités professionnelles qui se présentent à lui. De la télévision aux réseaux sociaux, en passant par la radio, le jeune homme trentenaire se saisit de toutes les plateformes possibles et imaginables pour se montrer tel qu’il est et pour gagner en légitimité. “Qu’on soit artiste, chef d’entreprise, politicien, célèbre ou non, propriétaires de petits business, on n’a pas directement confiance en soi. Au contraire, on apprend à la travailler au travers de ses expérience.”, explique-t-il. 

Aujourd’hui “heureux, optimiste, accompli et épanoui”, Othman jouit pleinement de qui il est, sans contraintes. “J’arrive à avoir un équilibre entre ma vie personnelle et professionnelle. Et puis, je peux me défendre mentalement et physiquement.”, conclut-il. Incroyable ! 

Se poser en défenseur

Là où il n’a pas eu la chance d’avoir des référentiels, Othman utilise à bon escient sa personne et ses réseaux sociaux pour véhiculer des messages à sa communauté. “Depuis mes 17 ans, je ne le cache plus. Ma famille et mes amis sont au courant. Je peux donc en parler librement sur mes réseaux sociaux.”, confie-t-il à propos de son positionnement. Ses deux nationalités, françaises et marocaines, lui permettent de montrer deux réalités de vie pour les minorités. “On peut croire que Paris est la plus ouverte des villes occidentales. Pourtant, il y a encore beaucoup d’agressions homophobes, ce qui est quand même grave.”, confie-t-il notamment. “J’espère qu’il n’y aura plus de problèmes comme ça, que les prochaines générations pourront être plus libres.”, poursuit-il.

De toucher un large public via un réseau social gratuit, accessible et efficace lui permet d’échanger plus facilement avec sa communauté. De cette manière, il reçoit beaucoup de messages qui le confortent dans la pertinence de son engagement. “Merci beaucoup. Grâce à toi, on se sent moins différents. Ça nous donne envie de voyager comme toi, de s’habiller comme ça, d’être plus libres dans nos propos.”, sont notamment des messages qu’il reçoit de temps à autre. L’impact de ce militantisme, qu’il orchestre à certaines occasions dans des établissements scolaires, est ainsi une satisfaction pour lui. D’autant qu’il continue à être bien entouré par ses amis et sa famille.

Découvrez également :  GARY, UN HOMME FIDÈLE À LUI-MÊME

Le message d’Othman aux lecteurs de Garçon Magazine : Si vous voulez rire, apprendre à me connaître, parlez de sujets divers et variés, voir des choses sympa, fun et engagées, n’hésitez pas à me suivre. Je fais voyager les gens à travers mes stories et leur parle de choses différentes. Pour ce qui est de vous, soyez comme vous êtes. Aimez-vous et ne laissez jamais votre bonheur dépendre des facteurs extérieurs. La clé du bonheur et de la réussite est en chacun de vous.”

Questions express à Othman : 

Comment se déroule une journée-type ?

Chaque jour est différent, ce qui fait que je ne m’ennuie pas. Je ne mange pas la même chose le matin. Je vais au sport parfois à 11, 15 ou 17 heures. Il y a des jours où je travaille beaucoup, d’autres moins. Parfois, je me consacre à mon One-Man show, à l’influencing ou bien à la recherche de sujets intéressants

Quel élément vous démarque ?

Je suis le seul à avoir un tatouage de Pikachu et Stitch.

Y a-t-il un mot qui rythme votre quotidien ?

Ne jamais sous-estimer les petites victoires, mais les valoriser. On construit un mur brique par brique. 

Quel est votre passe-temps favori ?

A l’origine, je vais au théâtre, à des concerts et des expositions, et je vois aussi des amis. Mais, avec la crise sanitaire, je mange et cuisine, que ce soit des plats asiatiques, italiens et orientaux.

Comment vous voyez-vous dans 10 ans ?

Pour le moment, je n’y pense pas et préfère profiter au maximum de l’instant présent.

Plus d’infos :

Découvrez Othman sur Instagram.

Avatar

FERMER
CLOSE