« Parabyss : A Nurtured Nature »: des histoires gays en Grèce

...

Avec Parabyss : A Nurtured Nature, le photographe Helias Doulis conte des histoires homosexuelles dans une Grèce reculée et sombre. Une suite logique à un travail de visibilité dans les quatre coins du monde. 

D’une mise en lumière ! A peine découvre-t-on Parabyss : A Nurtured Nature que le photographe Helias Doulis marque son empreinte. Forte d’une narration répartie en cinq histoires fortes, l’artiste représente l’homosexualité telle qu’il se l’imagine dans les coins reculés de la Grèce. Amo, A faggot’s destiny, Ode to Prince, Colby Digital… Cliché après cliché, il explore les coulisses de la masculinité jusque dans sa plus profonde intimité. Tantôt nus, tantôt en plein acte sexuel, il lève le voile sur une culture cachée. Moyen de prouver l’existence d’une communauté encore obligée de se cacher dans les paysages rocailleux ou bien les pièces sombres. En cela réside toute la magie de son art. C’est de toute beauté !

Aux origines de son travail

Helias Doulis n’est pas étranger à la Grèce. D’origine athénienne, l’artiste a passé une partie de sa vie dans le pays. Il y étudie alors la photographie et s’intéresse notamment à l’art érotique gay pour adultes. “La Grèce m’a offert une quantité substantielle de beauté à travers ses habitants et sa nature. Cela a inspiré un adolescent curieux en moi, celui qui veut explorer ce que ressent le gay en ville ou en banlieue en marge d’une société.” Finalement, son envie d’aller plus loin le pousse à s’installer à Londres. 

A lire aussi : Firebird, un nouveau film retrace l’amour gay en Russie en pleine guerre froide

Dès lors, il trouve toute la matière nécessaire pour exprimer toute l’étendue de son rapport à la communauté queer. De la France aux Etats-Unis, en passant par l’Italie, l’Allemagne et le Maroc, il alterne les collaborations et les projets indépendants. A tel point que le photographe en vient même à dépouissiérer l’image du cowboy pour y infuser une essence queer. Mais, son obsession pour sa patrie natale le pousse à faire un passage à Athènes, lieu où il réalise ses derniers projets, parmi lesquels son film The Beauty of Stigma, son magazine photo Pale of Blue.

Laisser une trace

De son travail d’observation, qu’il voit comme une forme d’autobiographie, Parabyss : A Nurtured Nature est un retour aux sources. “J’étais comme un enfant avec un appareil photo, recréant un espace de libertés pour les homosexuels. Comme l’illustre “A Faggot’s Destiny”, ces mêmes hommes rendent hommage à une ère de corps physiques en explorant leurs fantasmes [naturels].”, conclut-il. Magnifique ! 

Le paysage rocheux occupe une grande place dans votre livre-photos, ce qui est singulier. Quelle est l’intention cachée derrière ça ?

Les éléments grecs de la nature m’ont toujours inspiré. La première fois que j’ai visité une côte nue à Athènes, il y a quelques années, j’y ai pris mes premières photographies de nu masculin. Cela m’a semblé exceptionnellement libérateur. Comme si j’étais tombé dans un paradis fait de grottes rocheuses entourant un havre pour les homosexuels…

Il y avait ce besoin intense de me cacher dans des endroits où je pouvais construire mon propre petit monde, loin du monde concret où j’ai été élevé quand j’étais enfant, jusqu’à ce que je forme une coquille plus forte.

Prendre en photos des hommes nus ou en plein acte sexuel est-il moyen d’en faire des sujets de désir ?

Oui. Je dirais même qu’ils pourraient refléter mes propres fantasmes. Et puis, compte tenu de mes références artistiques et pornographiques, je fais en sorte que mes sujets deviennent leur propre fantasme. 

Découvrez également : Le livre culte « Eye to Eye: Portraits of Lesbians » est de retour 40 ans après sa sortie

Leur corps devient une carte qui rappelle tous ces lieux de fierté, mettant la honte de côté pour fusionner avec ces espaces. Et, ces sujets, que j’admire au plus haut point, ne craignent pas de montrer leur vulnérabilité et leurs émotions à travers un thème. C’est alors que le spectateur croit vivre un acte spontané qui attire son attention.

Dans certaines images, vous représentez la mort. Est-ce une façon de dénoncer l’homophobie dans le monde ?

Je ne sais pas. Une chose est sûre, c’est que je me suis concentré sur la représentation des luttes et des inévitables combats dans la rue ou dans les arts. Pour cela, j’ai produit des visuels où l’amour et la solitude sont centrés de manière à ce que la mort puisse être vaincue. 

Plus d’infos :

Découvrez le travail du photographe Helias Doulis sur Instagram et sur son site web. Pour obtenir votre ouvrage, il vous suffit de contacter directement le photographe à hello@heliasdoulis.com

Dans la continuité de ce projet, l’artiste réalise un film où il met en scène l’ancienne icône du X gay, Colby Keller comme narrateur d’une idylle entre deux adolescents dans les ruines d’une ville inconnue, The Beauty of Stigma.

Avatar

FERMER
FERMER