Ghana : un journaliste fait son coming-out gay en direct

...

Au Ghana, un journaliste a fait son coming-out gay en direct à Jay News, mardi 23 février. Cette initiative forte est un parfait coup de poing dans un pays qui n’accepte pas l’homosexualité. 

Sacré coup de poing ! Au Ghana, un journaliste, Ignatius Annor, a dévoilé son homosexualité en direct lors du JT de Jay News, mardi 23 février. Au cours de sa prise de parole, le professionnel a révélé se confier sur son orientation sexuelle pour la toute première fois. “Evidemment, je l’ai renié car j’ai eu peur de perdre mon travail. J’ai travaillé pour une incroyable station TV à Accra et, ai, en conséquence, eu peur de ce qui se passerait dans ma vie personnelle.”, a-t-il confié à la présentatrice Ayisha Ibrahim. De ce coming-out symbolique, le journaliste juge qu’il est important de créer un espace safe pour que tout le monde puisse s’aimer librement. 

Depuis de nombreuses années, le Ghana est méfiant envers les LGBTQI+. Sa politique, allant dans ce sens, interdit tous droits à la communauté, que ce soit pour le mariage, l’adoption et même la consommation de l’amour en direct. Pire encore, la société civile les a souvent pointés du doigt, les qualifiant de “démons”. Ce qui a, fâcheusement, entraîné la fuite des minorités vers des pays bien plus bienveillants, pour échapper aux violences et aux discriminations. Aujourd’hui, le journaliste espère que sa prise de parole va permettre un changement dans les mentalités. “Des personnes comme moi, qui vivent, travaillent et contribuent à l’économie du Ghana, méritent le respect, la gentillesse et la dignité, comme tout être humain.”, a-t-il exprimé.

A lire aussi : Un camp de vacances gay américain rejette les trans

A point nommé

Cette intervention médiatique tombe au bon moment. En fin de semaine, un collectif épiscopal a pris place dans le débat autour de l’homosexualité. L’organisation a exigé que l’UE n’intervienne pas dans leur politique et que le Ghana mettent fin au militantisme LGBTQI+. “Dans l’ancien Testament, elle était considérée comme une perversion et une abomination païenne. Dans Lévitique 18, 22, nous lisons tu ne coucheras pas avec un homme comme avec une femme ; c’est une abomination.”, ont-ils argué dans une tribune publiée dans La Croix Africa, précisant qu’aucune loi n’autorise l’homosexualité. Malheureux !

Avatar

FERMER
FERMER