Bangladesh

Bangladesh : une école coranique trans-friendly ouvre ses portes

Au Bangladesh, une école coranique trans-friendly, Madrasa, a ouvert ses portes, vendredi 6 novembre. Elle est une réponse aux discriminations dont ces minorités font face au quotidien. Incroyable mais...
Bangladesh

Au Bangladesh, une école coranique trans-friendly, Madrasa, a ouvert ses portes, vendredi 6 novembre. Elle est une réponse aux discriminations dont ces minorités font face au quotidien.

Incroyable mais vrai ! Dans une banlieue de Dacca, au Bangladesh, une institut coranique trans-friendly a ouvert ses portes, vendredi 6 novembre. Son but est d’accompagner les 1,5 millions de “hijras” du pays, majoritairement transidentitaires. Depuis longtemps, leur vie est misérable. Les hijras ne peuvent fréquenter les écoles, les madrasas ou les mosquées et sont victimes de discriminations. Nous, la société et l’État, sommes à blâmer pour tout cela. », s’est attristé Abdur Rahman Azad, à l’origine de cette initiative. Avec cette école, 150 personnes vont ainsi pouvoir bénéficier de l’enseignement coranique, de la philosophie islamique, mais aussi de cours standards, à savoir le bengali, l’anglais, les maths et les sciences sociales.

A lire aussi : Collectif Intersexes et Allié.e.s OII France se mobilise plus que jamais

L’ouverture de cette école est une réponse concrète à l’impossibilité des Hijras de suivre un enseignement convenable et réussir dans la vie.  « Nous sommes musulmanes mais ne pouvons aller à la mosquée », poursuit Shakila Akhter, nous ne pouvons même pas nous mêler aux autres membres de la société. », poursuit-elle. Avec une équipe investie, le militant religieux fournit ainsi les clés dans l’éducation laïque et religieuse auprès de sept groupes de personnes trans. Pourtant, le besoin d’avoir un lieu fixe se fait pressant. Au moyen d’un financement local, les militants transforment ainsi le dernier étage d’un immeuble en salles de classes. Aujourd’hui, ils peuvent accueillir les personnes transidentitaires soucieuses d’avoir un enseignement dans de bonnes conditions. « Nous sommes reconnaissantes aux religieux de cette belle initiative. », a déclaré Shakila Akhter

Mettre fin aux discriminations

En 2013, le gouvernement du Bangladesh a intégré un troisième genre dans les normes administratives, permettant ainsi une meilleure considération des transidentités. Pourtant, cette avancée a entraîné la montée de l’hostilité chez les islamistes radicaux, puisque difficilement accepté. Trois ans plus tard, deux leaders d’un magazine gay et trans, Xulhaz Mannan et Mahbub Tonoy, sont tragiquement tués par une antenne bangladaise d’Al-Qaida. Pris de peur, les activistes LGBTQI+ fuient le pays.

Découvrez également : La Croix consacre sa une à un couple gay

Avec l’ouverture cette école, Abdur Rahman Azad compte ainsi s’opposer à ce cycle de terreur. « Nous voulons mettre fin à cette discrimination. », pointe l’homme religieux. « Allah ne discrimine personne. L’islam traite chacun comme un être humain. Les hijras doivent bénéficier de leurs droits comme tout autre être humain. », fustige-t-il. En conséquence, cette action constitue une avancée véritable dans l’attente de l’application effective de ce troisième genre. Sacrée initiative !

Source : Fugues

Avatar

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE