Ubisoft

Ubisoft enlève une journaliste anti-trans d’un jeu vidéo

...
Ubisoft
Crédit photo : Capture d’écran Watch Dogs : Legion

Ubisoft a coupé les mentions d’une journaliste américaine de son jeu Watch Dogs, vendredi 6 novembre. En cause, la professionnelle a (eu) des positions critiques envers la communauté trans. 

L’inclusivité reste maître ! Ubisoft a supprimé toute mention d’une journaliste de The Atlantic, Helen Lewis, de Watch Dogs : Legion, vendredi 6 novembre. La décision intervient alors que le distributeur a découvert les positions anti-trans de la professionnelle, quelques jours après la sortie du jeu vidéo. « Ni Ubisoft, ni le jeu ne reflètent le point de vue de cette journaliste. », a rétorqué la société dans un témoignage pour le média spécialisé, Kotaku. « Nous comprenons que cette collaboration ait pu offenser. », a poursuivi le distributeur En conséquence, Ubisoft réfléchit à la manière dont il va modifier le scénario et les voix pour compenser le retrait de l’image de la journaliste.

A lire aussi : La Fondation Tom of Finland renouvelle son concours d’artistes

Depuis le début de sa carrière, Helen Lewis a toujours clamé sa fervent opposition contre les personnes transidentitaires. Sous l’étendard du groupe Woman’s Place UK, la journaliste a notamment « contesté que quelqu’un avec une barbe et exposant son pénis » puisse fréquenter les toilettes des femmes. De même, elle s’est opposée au Gender Recognition Act, qui garantit notamment des droits pour ces mêmes personnes trans’. En 2019, la professionnelle avait même écrit un texte pour appeler la classe ouvrière à s’opposer à cette minorité. D’où, le choix pour Ubisoft de l’écarter de son jeu LGBTQI-friendly, Watch Dogs : Legion. 

Des voix s’élèvent

Sur Twitter, des internautes se sont opposés à la décision d’Ubisoft de supprimer l’image de la journaliste sur le motif du discours libre. Toutefois, d’autres ont défendu le choix du distributeur, qu’ils considèrent comme créatifs dans leur travail et maîtres de leurs initiatives. Surtout lorsque le distributeur souhaite préserver son héritage inclusif, clairement illustrées par la présence de personnages queers et d’établissements LGBTQI+. Magnifique !

Source : PinkNews

Avatar

FERMER
CLOSE