Metz

Metz : un élu RN s’en prend à des associations LGBTQI+

...
Metz
Crédit Photo : Capture d’écran Facebook

A Metz, un élu RN, Grégoire Laloux, s’en est pris aux associations LGBTQI+, jeudi 19 novembre. Cette attaque est intervenue au cours d’une réunion du conseil municipal de la ville.

Ça n’en finit pas ! L’élu RN, Grégoire Laloux, a attaqué des associations LGBTQI+ de Metz, jeudi 19 novembre. Au cours d’une réunion au conseil municipal de la ville, l’homme politique a qualifié l’organisation communautaire de “dérive sociétale”. « Les associations politisées communautaristes comme Couleurs Gaies continuent de bénéficier d’un bon traitement. C’était déjà le cas lors de la mandature socialiste. L’association a déjà reçu plusieurs milliers d’euros d’argent public. Sur cette thématique comme sur d’autres, on poursuit la dérive sociétale.« , a-t-il fustigé pendant la réunion au conseil, cité par Le Républicain Lorrain

A lire aussi ; LE RÉSISTANT DANIEL CORDIER, OUVERTEMENT GAY, EST DÉCÉDÉ

Cette prise de position de l’élu RN est intervenue alors que le conseil municipal discutait d’une augmentation des subventions allouées aux associations LGBTQI+ de Metz. En conséquence, les élus d’autres partis politiques, comme Pierre Laurent (PCF), ont dénoncé “des propos d’un autre temps” pour un jeune élu comme Grégoire Laloux. « Je ne comprends pas qu’à l’âge de Grégoire Laloux (24 ans, ndlr), on puisse tenir des propos comme ça. Cela me semble complètement honteux. Oui, c’est honteux de qualifier l’homosexualité de dérive sociétale« , a alors rétorqué Jérémy Roques, conseiller élu sur la liste Unis pour Metz (gauche).

Le RN de Metz prend sa défense

Responsable de l’antenne locale du RN, Françoise Grolet a apporté son soutien à Grégoire Laloux. « Lorsque mon collègue a parlé de dérive sociétale, il ne parlait pas de l’homosexualité qui est un mode de vie qui appartient à chacun (sic). Ce que nous avons remis en cause, c’est une association qui a été hostile envers nous et qui est tombée dans ce travers politicien », a-t-elle tenu à préciser. Suite à cette déclaration, la femme politique a, sur Twitter, clamé son opposition sur une subvention accordée à une association transidentitaire. 

Découvrez également : Un élu hongrois s’en prend à un conte de fées inclusif

Sur Facebook, Grégoire Laloux a relancé la polémique, toujours contre les associations LGBTQI+, qu’il considère comme une idéologie. « Je n’accorde aucune légitimité aux associations LGBT pour parler au nom de nos compatriotes homosexuels. Ces groupes instrumentalisent des gens, un mode de vie, des libertés à des fins politiques. Ils contestent que l’immigration massive et sa conséquence directe qu’est l’islamisme radical soient une menace pour les libertés en France, et en l’occurrence, pour nos compatriotes homosexuels.”, a-t-il écrit sur le réseau social. 

Avatar

FERMER
FERMER