Belgique

Belgique : un artiste représente le député homophobe hongrois

...
Belgique
Capture d’écran Instagram

En Belgique, un artiste a représenté le député homophobe hongrois, József Szájer, vendredi 4 décembre. Il ironise sur la mésaventure de l’homme politique, survenue la même semaine.

Hilarant ! En Belgique, un artiste queer a représenté avec humour la mésaventure de József Szájer, en fin de semaine dernière. Dans une fresque intitulée « La nouvelle icône gay hongroise », il a peint l’homme politique torse nu et avec un harnais et un tatouage arc-en-ciel sur son bras gauche. Le nom du parti hongrois et les hommes présents ont également été ajoutés pour rendre la scène réaliste et fidèle. « Merci József pour avoir porté un coup dur à l’intolérance. A partir d’aujourd’hui, vous êtes la nouvelle icône gay hongroise. Mais la prochaine fois, respectez les règles anti-COVID ! », a écrit l’artiste en dessous de sa fresque. Un geste fort contre un gouvernement qui “a littéralement déclaré la guerre à la communauté LGBT”

A lire aussi : Un élu homophobe hongrois participe à une orgie très gay

Vendredi 27 novembre, un élu homophobe hongrois et député européen, József Szájer, a participé à une orgie à Bruxelles. Au premier étage d’un immeuble, quelques 25 hommes ont eu des rapports sexuels, dont certains avec d’autres hommes. Comme l’a souligné Sarah Durant, porte-parole du parquet de Bruxelles et citée par Nice Matin, la police les a rapidement verbalisés “pour non-respect des mesures sanitaires”.On a interrompu un gang bang !” , a précisé une source proche du dossier à la Dernière heure, précisant que le député hongrois a tenté de s’échapper par la gouttière avant de clamer son immunité parlementaire. Sur place, les forces de l’ordre ont également retrouvé des stupéfiants et de l’alcool. 

Une plaque commémorative

Toujours à Bruxelles, d’autres artistes ont apposé un écriteau à l’effigie du député homophobe hongrois à l’endroit où il a tenté de s’échapper. “Nous sommes tous des jeunes positionnés dans l’opposition, il y avait donc évidemment une forte motivation politique aussi.”, a expliqué au média hongrois Telex Barnabás, l’un des auteurs de cette plaque. “La plaque est très vite devenue populaire auprès des Bruxellois et samedi après-midi, de petits groupes se sont rassemblés devant elle pour la prendre en photo.”, a-t-il conclu.

FERMER
FERMER