élu transphobe

L’élu transphobe Stephen Schwartz accède au Sénat américain

...
élu transphobe
Crédit photo : Capture d’écran conférence officielle

Le Sénat américain a nommé l’élu transphobe, Stephen Schwartz, comme juge fédéral, mardi 8 décembre. En cause, le président sortant, Donald Trump, l’a nommé quelques jours plus tôt. 

Injustice ! Mardi 8 décembre, le Sénat américain a confirmé la nomination de l’élu transphobe, Stephen Schwartz. En cause, 49 membres de l’institution, tous républicains, ont voté favorablement pour l’homme politique, contre 42 votes contre des démocrates. Pour appuyer sa candidature, le nouveau juge a précisé que ses opinions personnelles n’interfèreront aucune dans son nouveau statut. “J’ai représenté une grande variété de clients (agriculteurs, pêcheurs, entrepreneurs, etc.) dans des affaires impliquant une large variété de verdict. J’ai pris parti en faveur des deux positions du gouvernement fédéral à différentes époques.”, a-t-il justifié. On demande à voir si cela sera la même chose pour la cause LGBTQI+, d’autant qu’il ne s’est pas prononcé sur l’affaire Gavin Grimm.

A lire aussi : “Un automne à Madison”, un long parcours pour devenir parents

Tout au long de sa carrière politique, Stephen Schwartz a manifesté ses positions anti-LGBTQI+. En 2016 déjà, l’élu transphobe a défendu la loi de Caroline du Nord visant le vote communautaire aux élections officielles. De même, il a pris parti contre Gavin Grimm dans l’affaire des accès aux toilettes publiques selon leur identité de genre pour les personnes trans. Dans les médias, l’homme politique a publié une tribune sur le démantèlement des dispositifs médicaux et sociaux spécifiques aux LGBT. Aujourd’hui, la position de Stephen Schwartz prend autant d’importance que l’élu va exercer sa fonction de juge au Sénat pendant 15 ans. Outrageant !

Le (mauvais) choix de trop

La même journée, de nombreuses associations LGBTQI+ et groupes progressifs ont dénoncé la décision du Sénat concernant Stephen Schwartz. En tête, la militante de Lambda Legal, Sacha Buchert, y voit clairement un mauvais signal aux minorités. “Stephen Schwartz a un troublant record et un portfolio horrifique dans le militantisme anti-trans : privatisation de la sécurité sociale, ségrégation de la jeunesse trans, etc.”, a-t-elle fustigé, précisant que l’élu figure en tête de liste dans les actions virulentes du gouvernement Trump-Pence. Misère ! 

Source : The Advocate

Avatar

FERMER
FERMER