Pompier

Manuel, jeune pompier gay au quotidien bien difficile !

...

Âgé de 20 ans, Manuel (prénom modifié) est pompier à T., depuis deux ans. Avec ses collègues de sa caserne, le jeune homme est obligé de jouer le parfait hétéro au quotidien, ce qui lui pose bien des problèmes. Pour Garçon Magazine, il se confie. 

À peine commence-t-il à raconter son histoire que Manuel précise n’avoir jamais pensé devoir vivre ça. Cadet d’une famille de quatre enfants, le jeune pompier de T. n’a connu aucun problème avec son homosexualité, jusqu’à présent. Lorsqu’il prend conscience de sa sexualité au lycée, l’étudiant de l’époque n’hésite pas une seconde avant de faire son coming-out auprès de son entourage proche. 

À lire aussi : Canada : les pompiers ont aussi leur association LGBTQI+

À raison, il sait que ses révélations ne vont rien changer dans ses relations. “Quand j’ai eu l’occasion de sortir dans des bars, mes amis m’ont souvent accompagné à des soirées gays.”, confie-t-il. “Parfois, ils m’ont même forcé la main pour que je me joigne à eux à ces événements, à ma grande surprise, ou encore à la marche des fiertés, à laquelle j’ai assisté grâce à eux.”, ajoute le professionnel. Pourtant, il est à mille lieues d’imaginer le milieu homophobe dans lequel il travaille aujourd’hui. 

Pompier

Le début des problèmes

À son entrée à l’école de formation des pompiers, à P., en 2017, Manuel affiche la couleur en révélant son homosexualité et sa situation amoureuse. Le jeune apprenti reçoit quelques remarques négatives et des mauvais regards, mais la majorité accueille bien la nouvelle. “Lors de la soirée d’intégration, j’ai amené mon copain avec moi. Dès les présentations, le feeling entre mes camarades et lui s’est directement installé.”, explique-t-il. Pendant ses deux années passées à apprendre le métier, le futur pompier ne fait (presque) pas face à des discriminations homophobes. 

Découvrez la suite du témoignage de Manuel dans le nouveau numéro de Garçon Magazine.

Avatar

FERMER
FERMER