#Metoogay, les gays s’élèvent contre les agressions sexuelles

...

Depuis janvier 2021, des jeunes gays sortent de plus en plus du silence dans ce qui est le #Metoogay. Sur fond d’accusations de viols et actes sexuels non consentis, ils tentent de faire tomber des hauts responsables, tous milieux confondus. Récit d’un scandale troublant.

Tout a (re)commencé (le #metoogay) le 21 janvier 2021 avec le tweet de Guillaume T., étudiant à Paris et jeune militant âgé de 20 ans. « Après plus de deux ans sans savoir mettre les mots sur ce qui m’est arrivé, je me rends compte que j’ai été violé par Maxime Cochard, conseiller de Paris et son compagnon Victor Laby, en octobre 2018 alors que je n’avais que 18 ans et étais particulièrement vulnérable. » a-t-il écrit. 

Retrouvez aussi : Djalil Djezzar, victime d’inceste pendant son enfance

Il ajoute également que l’élu parisien du PCF « se permettait de me mettre une main aux fesses par surprise alors que je le croisais en manif. Encore une fois, j’ai pris du temps pour me rendre compte que c’était une agression sexuelle. » La réponse est immédiate, avec de nombreux messages de soutien de la part des internautes, des membres PCF, mais aussi de la mairie du 14e arrondissement dont Maxime Cochard est membre. 

#metoogay
Crédit photo : Twitter, JusticePourGuillaume

Le soir même, la délégation parisienne du PCF a réagi, demandant le retrait de l’élu et de son conjoint de leurs responsabilités au sein du parti. Pour sa part, l’homme politique a pointé une « accusation complètement fausse. », engageant de fait une action judiciaire pour diffamation. 

Le public prend la parole

La publication de Guillaume a déclenché une vague de témoignages personnels, et même un mouvement social. Sous #metoogay, les internautes ont commencé à raconter leurs histoires de viols et d’actes sexuels non consentis, au cours de leur jeunesse. Une première au sein de la communauté gay, qui n’avait, jusqu’à présent, jamais porté la question des agressions sexuelles. Ainsi, #metoogay a ouvert un dialogue important dans la communauté LGBTQ, celui du consentement.

Découvrez la suite de l’article de fond sur #Metoogay dans Garçon Magazine n°30.

FERMER
FERMER