Christian Estrosi

Christian Estrosi, un maire friendly très impliqué à Nice

...

Christian Estrosi est maire de Nice et président de la Métropole Nice Côte d’Azur depuis 2008. Au cours de ses deux premiers mandats, il a adopté des politiques de plus en plus inclusives dans la métropole. Aujourd’hui réélu (pour la troisième fois, NDLR), il compte rendre la ville davantage gay-friendly.

Christian Estrosi se lance dans la politique en 1983 quand il est élu conseiller municipal de Nice et adjoint aux sports du maire Jacques Médecin. Ensuite, il devient député des Alpes-Maritimes, puis il intègre le Conseil général des Alpes Maritimes, et après en tant que ministre dans les gouvernements de Dominique de Villepin et François Fillon. À l’époque, Christian Estrosi est plutôt étranger aux droits LGBTQ. 

Christian Estrosi

Cependant, il prend conscience de l’importance à s’engager pour la communauté lorsqu’il se porte candidat aux élections municipales en 2008. L’élu en fait une de ses promesses, qu’il adoptera dès son entrée en fonction. « La Ville de Nice met tout en œuvre pour que chacune et chacun s’épanouisse dans une cité bienveillante et inclusive. » a déclaré Christian Estrosi pour Garçon Magazine.

Nice Irisée Naturellement

Dès son arrivée à la mairie de Nice en 2008, il inaugure le PACS dans sa municipalité. Année après année, des dizaines de mariages homosexuels sont célébrés à la mairie… jusqu’à aujourd’hui. Trois ans plus tard, l’élu lance le label « Nice Irisée Naturellement », une initiative qui forme les personnels des établissements niçois pour garantir une même qualité d’accueil pour toutes et tous. Entre temps, en 2011, la piétonisation de la Place du Pin sert à l’aménagement du « petit Marais niçois », composé d’établissements gay friendly. 

A lire aussi : Canada : les pompiers ont aussi leur association LGBTQI+

En 2015, « Lou Queernaval », premier et unique carnaval gay de France, voit le jour dans la métropole. Depuis quelques années, Nice a aussi son propre quartier gay, surnommé « le petit Marais niçois ». « Sur cette même place, le Centre LGBT Côte d’Azur organise, deux fois par an, des fêtes ouvertes à tous telles que les Dolly Party. 

Enfin, depuis mars 2020, deux bandeaux colorés délimitent l’entrée et la sortie, la zone piétonne de la rue Bonaparte, permettant d’identifier et d’affirmer l’essence même du quartier.» a confié Christian Estrosi. C’est, en ce sens, un moyen de véhiculer « un message d’espoir, de tolérance et synonyme de joie de vivre, dont nous avons besoin en ce moment » Des initiatives qui, en somme, en disent long sur l’engagement de Christian Estrosi en faveur de la communauté et qu’il compte poursuivre aujourd’hui. 

Les prochaines étapes

Pendant son troisième mandat, Christian Estrosi promet de continuer le combat pour les droits LGBTQ+. Aujourd’hui, plus que jamais, la mairie de Nice travaille conjointement avec la délégation départementale du Refuge pour accueillir les jeunes dans des appartements neufs et leur accorder des aides aux transports. 

Retrouvez également : Francis, un grand amoureux des pompiers

A côté de ça, l’élu compte, comme Anne Hidalgo à Paris, faire de Nice la ville sans sida à l’horizon 2030. « Les acteurs associatifs locaux ont toujours été moteurs pour la mise en place d’actions en termes de prévention et de santé. En 2021, je serai donc plus que jamais aux côtés de nos acteurs associatifs. » ajoute le maire de la capitale azuréenne.

Découvrez d’autres portraits rainbow comme celui-ci dans le nouveau numéro de Garçon Magazine.

FERMER
FERMER