Musique – Kim Wilde nous parle de son album « Here Come the Aliens »

"Ce qui est étonnant, c'est ce qui n'a pas changé"

Après plus de 32 millions de disques vendus, et de nombreux classiques que l’on ne présente plus, l’artiste britannique revient, cette année, avec un excellent album pop rock, Here Come the Aliens, qui vient de bénéficier d’une réédition spéciale. Il n’en fallait pas plus pour que rendez-vous fut pris avec elle dans le mythique showroom Gibson pour une interview exclusive.

Propos recueillis par Rémi BERGER

Ton dernier album se traduit en français par « Voici les extraterrestres ». Tu dis même les avoir vus, en 2009, dans ton jardin… Peux-tu nous en dire un mot ?
C’est arrivé un matin, et il m’a fallu des années avant de réaliser l’impact que cela pourrait avoir sur ma vie. C’était une expérience personnelle très intense.

Un impact musical certain si j’en crois le nom de ton album ?
Nous n’avons commencé à l’écrire qu’à partir de 2014. Ricky [son frère] et moi, voulions faire de cet album une sorte de pilier de notre carrière. Nous voulions produire un disque reprenant les chansons les plus fortes que nous avions pu écrire, dans la plus belle tradition de la pop music. C’est un peu un écho aux années quatre-vingt mais il représente également le groupe avec lequel je joue depuis quinze ans. L’idée était aussi d’apporter cette touche « live » qu’il est si difficile de rendre sur un album studio. Les Aliens, on les retrouve sur l’incroyable pochette réalisée par ma nièce, Scarlett. Cela porte l’imagination des gens. Ceux qui viennent même parfois aux concerts avec des masques ou des ballons Aliens. C’est très fun !

Penses-tu que les gens soient fascinés par ce sujet ?
Oh oui ! Que ce soit en bien ou en mal d’ailleurs ! En réalité, c’est tout l’un ou tout l’autre. Je suis certaine que beaucoup plus de gens y croient qu’ils ne veulent bien le dire.

Est-ce que du coup certains Ufologues [personnes étudiant les Ovni] t’ont identifié comme une sorte de messie ?
Certains, sans doute. D’autres m’ont cru allumée. Je dirais aux gens de continuer à regarder en haut et d’y croire. J’espère, qu’avant de partir, quelqu’un aura réussi à prouver aux yeux de tous qu’ils existent. C’est même peut-être la seule chose que j’aimerais vivre avant de quitter ce monde.

D’autres pistes pour mieux comprendre cet album ?
Ces chansons représentent dix années de travail. Nous voulions que chacune d’elles puisse être un vrai single à part entière, quelque chose qui décoiffe ! Elles ont été beaucoup inspirées par les artistes dont nous sommes fans : Elton John, Supertramp, T-Rex, Blondie, et bien sûr… Abba !

Retrouvez la suite de l’entretien dans le nouveau numéro de Garçon Magazine disponible chez votre marchand de journaux

Crédit photo : Sean J. Vincent