Pleins feux sur … l’appli LGBTQI+, Betolerant

Lancé en 2010, Betolerant réunit tou.te.s dans un souci de tolérance : les hétéros, les gays, les lesbiennes et même les asexuel.le.s. Huit ans plus tard, AdoTolérant, dérivé du...

Lancé en 2010, Betolerant réunit tou.te.s dans un souci de tolérance : les hétéros, les gays, les lesbiennes et même les asexuel.le.s. Huit ans plus tard, AdoTolérant, dérivé du réseau-père, est créé selon cette même inclusivité. Jeune entrepreneur gay lyonnais, Wilfried Carbonell revient aujourd’hui sur les coulisses de ses deux réseaux de rencontres.

En quelques mots, qu’est ce qui fait le succès de Betolerant et AdoTolerant ?

Mes deux communautés sont l’inverse de Grindr et Hornet, tu ne verras jamais les mêmes profils. Et puis, mon site est très bien référencé sur le web. Si tu tapes « sites de rencontres gay sérieuses », j’apparais en premier dans les résultats de recherches.

Quelle est la politique d’administration sur Betolerant ?

Lors de la création d’un profil, les démarches sont fastidieuses. Tu dois te présenter en un paragraphe minimum et dire ce que tu recherches sur le site entre autres. Nous refusons ainsi un membre sur trois, soit 50 000 depuis la création du site.

Nous avons aussi une politique de tri des photos. Ainsi, lorsqu’une personne en publie une, on te bloque ton compte et on t’envoie un code robot variant de cinq à huit chiffres. Tu dois alors te prendre en photo avec le code écrit sur un papier pour prouver que tu es bien la personne présente sur la photo.

La politique est-elle la même pour Adotolerant, adressé aux jeunes de 15 à 20 ans ?

Effectivement. On est plus vigilants et stricts dans la modération, même. En plus des démarches demandées sur Betolerant, on lui demande d’écrire un petit paragraphe de motivation.

Aux 21 ans de l’utilisateur, on bascule son profil vers Betolerant et bloque son accès sur AdoTolerant. Quelque semaines avant, un mail lui est envoyé afin qu’il sauvegarde ses contacts (des personnes majeures, ndlr)

Encore aujourd’hui, vos deux réseaux de rencontre sont entièrement gratuits. Envisagez-vous une option premium, par la suite ?

J’y réfléchis, oui. Une chose est sûre, tout ce qui est gratuit aujourd’hui le restera demain. Il y aura juste des fonctionnalités en plus. Par exemple, tu pourras être alerté quand une personne t’ajoute dans ses favoris, si elle a vu ton message, ou encore créer des albums-photos.

En dehors de l’option premium, avez-vous d’autres projets ?

Oui, bien sûr. En complément du flux d’actualité, où je reprends les articles des plus grands médias LGBTQI+, je prévois de lancer un concept similaire au Twitter Like, sur Betolerant.

Intermédiaire entre un tchat et un forum de discussions, ce projet permettra aux personnes de partager ses opinions sur l’info et, bien sûr, de se rencontrer, ce qui est la base de mon site.

Vous parlez justement de forum de discussions et d’actu. En ce sens, Betolerant est-il, finalement, un média alternatif ?

Ce n’est qu’un réseau de rencontre, oui. Avec le forum de discussion du site, les personnes peuvent écrire, en anonyme ou non, sur différents sujets comme la solitude, l’expression de soi et l’identité de genre, et les personnes répondent avec bienveillance. C’est, de fait, un premier pas vers une acceptation et/ou avant de passer la porte d’une association LGBTQI+.

Plus d’infos :

Découvrez l’univers du réseau LGBTQI+ friendly, Betolerant, et n’hésitez pas à vous inscrire. C’est gratuit (sans jeux de mots)

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE