L’homme de la semaine : Onicks, chanteur US

Interprète, mannequin … Depuis sa plus tendre enfance, l’artiste Onicks a toujours su qu’il se prédestinait à une carrière musicale, puis dans la mode. Au rythme de ces deux...
© Nathan Noyes

Interprète, mannequin … Depuis sa plus tendre enfance, l’artiste Onicks a toujours su qu’il se prédestinait à une carrière musicale, puis dans la mode. Au rythme de ces deux passion, l’icône a pu se construire et exprimer librement qui il est, en particulier sa fluidité. Aujourd’hui, Onicks continue à partager sa personnalité au travers de ses chansons et de ses clichés. Pour Garçon Magazine, il revient sur son parcours. 

Au début de votre carrière musicale, vous avez exprimé la féminité, l’obscurité et l’animal en vous, dans « Double Dose » et dans « Manimal ». Neuf ans plus tard, avec « High », vous êtes devenu plus masculin, même si vous exprimez toujours votre féminité. Comment expliquez-vous votre évolution, Onicks ?

Je me suis toujours considéré comme une sorte de «caméléon visuel». Changer d’apparence à jamais à mesure que je grandis. Actuellement et dans mon nouveau travail, je me sens très en sécurité dans ma masculinité / féminité. 

Je veux que mes fans sachent qu’ils ne sont pas dans l’obligation de CHOISIR. Vous pouvez vous exprimer comme vous le souhaitez. Toujours. Ne compromettez cela pour personne ou quoi que ce soit. 

Avez-vous déjà su que vous feriez une carrière musicale ?

Absolument! Quand je rêve éveillé, c’est sur ma carrière. Quand je suis seul, j’écris de la musique. J’ai toujours voulu être une star. Pas seulement pour la célébrité … 

Je veux créer de la musique et des visuels qui parleront à mes fans comme d’autres artistes m’ont parlé. La musique change des vies et j’ai beaucoup à dire. 

Onicks
© Nathan Noyes

Vous créez tout un univers visuel dans vos vidéos musicales. Comment trouvez-vous une telle inspiration ? 

Il y a des années, j’ai décidé de ne jamais retenir mon imagination, peu importe à quel point elle devenait foutue ou sombre. Depuis, cela me permet de créer des visuels vifs et thématiques. 

A lire aussi : ERASURE RÉUNIT DES CRÉATURES DE “RUPAUL’S DRAG RACE” DANS SON NOUVEAU CLIP

J’écris constamment toutes les idées aléatoires / étranges qui me viennent à l’esprit et je me sens bénie d’avoir les personnes les plus acceptantes de ma vie. Ils alimentent tous mon état d’esprit peu orthodoxe. 

Vous-inspirez vous d’un chanteur ou d’un mouvement artistique pour votre musique ?

Je suis constamment inspiré par tellement d’artistes et de mouvements. J’ai étudié le style d’écriture de Lana Del Ray depuis le début de sa carrière et cela a vraiment résonné avec moi. 

Plus récemment, le mouvement Black Lives Matter m’a également inspiré. J’ai alors écrit quelques nouveaux titres sur le fait d’être fort et sans excuse sur qui vous êtes et ce que vous voulez. Je suis vraiment ravi de partager tout ce que j’ai prochainement !

Onicks
© Malaika

Votre musique et le mannequinat sont-ils une façon d’agir en faveur de la communauté LGBTQIA+ ?

Oui. Cette communauté m’a donné tellement de liberté et d’amour ! Je m’y sens le plus chez moi. Pour cette raison, je créerai toujours en sa faveur. Après, il y a de nombreuses autres communautés dont je me sens proche et je suis heureux de les représenter également.  

Avez-vous d’autres projets musicaux, comme pour le mannequinat ?

Pendant le confinement, nous avons commencé à travailler sur le plus gros projet de ma carrière à ce jour. Je suis époustouflé par celui-ci et il y a tellement de personnes diverses / talentueuses impliquées. Je laisserai très bientôt des indices subtils. 

Onicks
© Normandy Europa

L’info en plus sur Onicks : D’où vient son nom ?

“Ma grand-mère et moi étions très proches et sa pierre préférée était l’Onyx noir. J’ai adoré le mot onyx et je l’ai donc réécrit pour qu’il ressemble plus à un nom qu’à la pierre. Cela signifie beaucoup pour moi.”

Retrouvez Onicks sur sa chaîne youtube, son site web et sur Instagram.

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE