Thomas, L’Amour est dans le pré : « Nous avons notre place comme n’importe qui dans ce programme »

...

Thomas a participé à la saison 13 de l’Amour est dans le pré en 2018 en tant que prétendant pour l’ostréiculteur Thomas. Le jeune homme revient sur son aventure peu commune et sur les conséquences qu’a eu l’émission sur sa vie. Rencontre.

C’est en 2018, lors de la treizième saison de l’émission l’Amour est dans le pré, que Thomas décide d’y participer après être tombé sous le charme du portait de Thomas, ostréiculteur sur l’île d’Oléron. Sous les conseils d’une de ses amies, le jeune homme se décide alors à écrire sa lettre. L’aventure commence alors et pour Thomas, c’est un peu comme un rêve devenu réalité : « J’ai suivi cette émission depuis le début et j’ai donc grandi avec. Je la trouve différente des autres télé-réalités, beaucoup plus simple et sincère. » Lors du fameux épisode du speed dating, Thomas se remémore ce moment de stress intense : « arrive mon tour, et le stress monte. La discussion avec Thomas est timide, les regards fuyants. Pour être honnête, je ne me souviens de la moitié de ce que nous nous sommes dit à cause du stress. A mon retour dans la salle où nous attendions, les mêmes questions revenaient : « Alors ? C’était bien? Il te plaît ? » et je ne savais pas trop quoi répondre, j’étais déboussolé. » Peu de temps après, le verdict tombe, Thomas n’a pas été choisi par l’ostréiculteur pour poursuivre l’émission. Pourtant, pour le jeune homme, cela ne sera pas réellement la fin de son aventure.

Le coup de foudre

Car, si Thomas n’aura pas trouvé l’amour auprès du candidat Thomas, il l’aura trouvé auprès d’un autre prétendant, rencontré sur le tournage. « Nos regards se sont croisés et j’ai tout de suite senti que quelque chose se passait. Nous avons énormément discuté et ris. Je pense qu’à ce moment là, nous ne voulions pas avouer cette attirance mutuelle, car ce n’était ne le lieu, ne le moment. », raconte le jeune homme. Tous deux éliminés de l’émission, les deux hommes sympathisent sur le chemin du retour, et décide de rester en contact. « Après l’aventure, je suis aller visiter sa région pendant une semaine, pour confirmer cette attirance et voir où tout ça allait nous mener. Nous avons retrouvé nos regards complices, et à ça s’est greffé un bien être commun quand nous étions ensemble. Une simplicité rare, dans les mots, la façon de vivre et de voir les choses. », se souvient Thomas. Si finalement, la distance aura eu raison de leur relation, Thomas en garde néanmoins un très joli souvenir.

Thomas lors de son passage dans l’émission L’Amour est dans le pré.

Le fait d’être exposé de cette manière à la télévision ne vous faisait pas peur ?

Quand j’ai décidé de participer à l’émission, je n’avais aucune peur. Lorsque j’en ai parlé à mes parents, la réaction de mon père a été très négative. Avec le recul, j’ai compris que sa peur avait parlée. Encore à notre époque, être homosexuel n’est pas facile et c’est un risque de s’assumer. Je lui ai expliqué que si pour lui cette peur était une raison de ne pas le faire, c’était pour moi la première raison de le faire. J’ai la chance d’avoir des parents avec une ouverture d’esprit et un respect sans faille. Leur éducation m’a permis de m’épanouir sans barrières et je ne peux que les remercier pour tout ça. 

Que vous a apporté l’émission au jour d’aujourd’hui ?

Après l’émission, j’appréhendais la diffusion. J’avais énormément de mal avec mon image. Un peu plus tard, des retours de personnes inconnues ont commencé à apparaître sur Instagram. Des jeunes me félicitaient de ma démarche, me remerciaient du courage que j’ai eu. L’émission a diffusé une partie de mon discours sur les difficultés d’être gay de nos jours. Après des centaines de messages, je ne pouvais pas rester sans rien faire. J’ai accompagné de jeunes gays dans leurs coming out, dans leurs questionnements. J’ai même eu pas mal de message de parents ayant un adolescent LGBT, se posant des questions et voulant sincèrement accompagner au mieux leur enfants. Tout cela m’a fait prendre confiance en moi, autant physiquement qu’intellectuellement, j’ai perdu du poids et me suis encore plus assumé. Je suis fier d’y avoir participé et d’avoir permis, même un petit peu, de faire un pas supplémentaire vers l’élimination de l’homophobie. Il y a encore énormément de travail, mais il est important que ces peurs disparaissent. 

Si c’était à refaire, le referiez-vous ?

Sans aucun doute, ma réponse est oui. Je referai la même chose de À à Z. En participant à l’émission j’ai tout gagné : la confiance, l’amour -même si aujourd’hui, c’est fini- et la fierté d’être ce que je suis. 

Pensez-vous que cette émission a une incidence positive sur la communauté LGBT+ ? Si oui, pourquoi ?

A la vu des retours que j’ai eu, je sais que cette émission a permis à de nombreux jeunes de savoir que nous avions notre place comme n’importe qui dans ce programme. Notre amour n’est pas différent des autres et nous avons le droit de le vivre à la vue de tout le monde. C’est un long travail mais chaque pierre posée a cet édifice le consolide d’avantage et je reste persuadé qu’une telle émission participe à cette consolidation. Toutes les personnes sont bienveillantes, sincères et je n’ai jamais ressentis le moindre manque de respect de quiconque. Je suis fier d’avoir participé à cette émission, fier des prétendants de cette année, de la production, et encore plus fier de mon entourage pour m’avoir soutenu et me soutenir encore aujourd’hui.

Plus d’infos : 

Si, comme Thomas, vous souhaitez partager votre histoire -de toute nature soit-elle- envoyez un mail à l’adresse suivante, et nous la relayerons : journaliste@garcon-magazine.com.

FERMER
CLOSE