Un père et son fils majeur n’ont pas le droit de s’aimer !

...

A l’heure de #metooinceste et #metoogay, des voix livrent leurs tristes histoires pour briser l’omerta. Dans les débats politiques, des voix appellent à la criminalisation des actes incestueux envers les personnes mineures, sans regard sur le consentement. Mais, qu’en est-il si un père et son fils majeur s’aiment ? N’est-ce pas aussi punissable ?

Pas un problème ? Cher gouvernement, je vous interpelle. Saluant l’initiative du Garde des Sceaux, Eric Dupont-Moretti, à ne pas prendre en compte le consentement des mineurs dans la judiciarisation de l’inceste, je m’interroge tout de même. Un père et son fils majeur ont-ils le droit de s’aimer ? J’en doute. Pénaliser l’acte incestueux jusqu’à un certain âge a ceci de réducteur qu’il ne va pas entériner la culture du viol au sein des familles. Et en cela, je suis révolté. Révolté d’avoir vent qu’une possible relation HSH (homme ayant un rapport sexuel avec un homme) incesteuse de ce type pourrait avoir cours à proximité de chez moi, sans qu’elle ne soit punie. J’en appelle donc aujourd’hui à votre bon sens. Emparez-vous pleinement de la question ! Soyez irréprochables !

Tirer des leçons

A mon grand malheur, je constate encore aujourd’hui que la culture pornographique a ceci d’opprimant qu’elle banalise l’inceste. En cause, elle titre explicitement ses contenus avec la mention père et fils. Matthew Camp et Dirk Caber, Armond Rizzo et Nick Capra, Johnny Rapid et un acteur porno inconnu… Toutes ces vidéos circulent à découvert sur la toile sans que la justice du web n’intervienne. Sur le même sujet, des images explosent sur le net sans qu’elles ne soient supprimées, ce qui est pire encore. Certaines mêmes, dérivées d’animés comme Dragon Ball, sont détournées à des fins peu orthodoxes, amenant ainsi une vague de divertissement à cette pratique pourtant répréhensible. 

A lire aussi : La plateforme anti-discriminations inclut les LGBTQI+

Je ne mets pas en cause votre implication (ou votre responsabilité) dans ces pratiques, cher gouvernement. Mais, l’inceste, quel qu’en soit sa nature (âge, partis prenants, etc.), est un des trois interdits universels que le monde est censé punir. Et ce, au même titre que le meurtre et le cannibalisme. Pourtant, le manque de fermeté à agir pleinement et ardemment se ressent dans la simple réduction du crime d’inceste à l’âge. Alors, je vous le dis. La prise d’initiatives de plus grande ampleur enverrait un signal fort. Donc, emparez-vous pleinement de la question ! Soyez irréprochables !

Aller plus loin

Je salue votre travail sur la question du viol. A commencer par Adrien Taquet, je suis honoré de l’engagement gouvernemental à porter la question de la prescription élargie dans la pénalisation des actes sexuels non-consentis. Ce qui, à ce titre, permet, à des personnes plus âgées de se manifester des décennies après. Alors, partez de cette base et moduler ce volet sur la question de l’inceste pour ne pas avoir à la limiter au cadre de l’âge. Et, emparez-vous pleinement de la question ! Soyez irréprochables ! 

Découvrez également : Occitanie : l’ordre des médecins accusé de transphobie

Des (bonnes) compréhensions

Après la publication de ce billet d’humeur, les internautes (Codes de Gay, Garçon Magazine et Qweek) ont vivement réagi. A son lot de (mauvais) commentaires, certaines personnes ont toutefois bien compris le but de ce texte. Voici donc quelques commentaires (anonymes) :

« Le journaliste pose la question et y répond par la négative. Il interpelle aussi sur le consentement et l’inceste mais aussi sur les pratiques du porno, qui banalisent cela. Bien sûr qu’on est contre, bien sûr qu’il faut assainir autant le porno que notre éducation sur le consentement, la relation adultère, incestueuse, et les cases de genre que les gays ont eux-mêmes créé et qu’ils se complaisent à [maintenir]. »

« Certains commentaires me remplissent de dégoût et d’effroi. Vous êtes complètement malades. L’inceste est immoral, un point c’est tout. Il n’y a pas lieu d’avoir débat !!!! Je suis tout à fait d’accord avec le journaliste de cet article. A lire jusqu’à la fin. »

« Le propos ici est de définir une limite au caractère délictueux de l’inceste. Il devient donc « légal » si les deux consomment l’acte sexuel quand l’enfant est majeur. Le problème c’est que ce cas pose une question de moralité. Or, la moralité et la Loi ne font pas toujours bon ménage en terme de liberté individuelle… Interdire à deux adultes libres de leurs choix est une atteinte à leur liberté individuelle, mais qu’en est-il de ce qu’en pense la société ? Eternel débat entre liberté individuelle et ordre public. C’est, je pense, le sens de cet article. Chacun aura donc sa propre opinion sur le sujet. « 

Des bonnes critiques aussi

« Il ne s’agit pas d’un problème « gay » c’est une problématique générale. Un père et sa fille, pourraient avoir des enfants et donc un risque de dégénérescence… Inceste = affaiblissement du patrimoine génétique etc… Il suffit de regarder les rois de France et on se rend vite compte que si cela devient un phénomène de société il y aura bientôt plus de légumes en ville que chez E.Leclerc. Parlons du consentement, plusieurs points sont a soulevé:-la relation commence t’elle après la majorité ?-Le parent n’aurait il pas influencé les choix de l’enfant-peut on parler de consentement lorsqu’il s’agit de relation avec ses parents ?… »

« C’est parfaitement inconcevable et c’est faire l’apologie de l’inceste… Cela n’a rien à voir avec l’homosexualité mais avec un gros problème de santé mentale. Comment un père et son fils pourraient ils s’aimer ? »

« Le cas du père (ou de la mère) amoureux.se de son enfant relèverait plutôt de la psychiatrie, mais c’est mon opinion. Le doute, dans ce cas, est que cette relation incestueuse ait pu naître et être consommée seulement à la majorité de l’enfant et pose la question de l’emprise psychologique par l’adulte. Quand bien même serait-on attaché aux libertés individuelles, il y a un moment où le sens moral devient salutaire. »

« Adultes consentants ou non, ça reste incestueux que tu le veuille ou non. Et, ça n’a rien à voir avec le fait que ce soit deux hommes… Une mère et son fils serait tout aussi incestueux. C’est comme ça. Tu ne peux pas, sous prétexte de liberté, nier l’existence de cette situation d’inceste. »

Avatar

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

FERMER
CLOSE