Luc Anberrée, résident dans l’habitat partagé de GreyPRIDE

...

En juin dernier, GreyPRIDE a ouvert son premier habitat partagé à Paris. Suivant la mise en place de cette structure pour les séniors, un premier groupe de résidents a intégré le dispositif, parmi lesquels Luc Anberrée. Alors qu’il s’apprête à emménager, il témoigne sur cette future expérience.

Luc Anberrée

Pour une colocation viable

Luc Anberrée découvre le projet de colocation entre seniors LGBT en novembre 2017, lors d’une participation à un “speed dating”. “ Leur projet d’appartement partagé comme alternative à une maison de retraite traditionnelle m’a beaucoup séduit.”, confie-t-il. Dès lors, il se porte candidat pour intégrer l’habitat de GreyPRIDE. Pendant deux ans, le résident échange avec d’autres personnes pour savoir si le feeling passe. En parallèle, il participe aux rencontres conviviales et aux initiatives de l’association avec les adhérents et bénévoles. Progressivement, Luc Anberrée se lie d’amitié avec un, puis deux, puis trois autres séniors. Tous les quatre décident unanimement d’intégrer l’habitat partagé à Paris, un mois après l’ouverture de l’habitat partagé, en juin dernier. C’est le début d’une longue aventure en perspective. 

Avec ses futurs co-résidents, il met en place « un projet de vie et un questionnement par rapport au vieillissement ». L’objectif est clair : « Faire vivre la colocation, selon une charte établie avant d’emménager ». « Nous avons mis sur pied des activités pour souder le groupe et être en lien avec d’autres membres de l’association GreyPRIDE. ». 

A lire aussi : « Lebensort Vielfalt – Charlottenburg », un lieu de vie pour tou.te.s

Deux dimanches par mois, sont proposées des séances de yoga et de Qi gong. « Durant l’été, deux séances de yoga se sont faites dans la nudité. Nous le proposerons à nouveau pour ceux qui le souhaitent. », ajoute-il. En conséquence, l’objectif est, pour Luc Anberrée, “d’exprimer nos ressentis et de libérer nos émotions dans un climat de bienveillance et sans jugement de la part des autres ». Parallèlement à cela, il s’implique dans la concrétisation d’activités déjà en place, comme le tricot, la lecture, les ateliers vidéo et bricolages. Sacré engagement !

Découvrez la suite du témoignage de Luc Anberrée dans le nouveau numéro de Garçon Magazine.

Avatar

FERMER
FERMER