James Indigo, l’artiste donne un nouveau souffle au rap

Natif Britannique, le rappeur James Indigo commence réellement sa carrière en juillet 2019, lorsqu’il sort son premier titre, Cxntour. Se considérant comme un chanteur atypique, l’artiste anglophone traite de...

Natif Britannique, le rappeur James Indigo commence réellement sa carrière en juillet 2019, lorsqu’il sort son premier titre, Cxntour. Se considérant comme un chanteur atypique, l’artiste anglophone traite de sujets forts et singuliers avec originalité : fétichisme, domination, sexe gay ou encore religion. A l’occasion de la sortie de son dernier titre, Daddy’s coming home, il se confie sur sa vision du rap et en dit plus sur lui.

De faire du rap est …

Un moyen de m’exprimer et de m’épanouir. J’écris tous mes textes et je m’implique énormément dans l’élaboration de mon art, qui est très visuel. Etre créatif et venir avec de nouvelles idées me (James Indigo) pousse encore plus à continuer dans cette voie.

J’ai toujours aimé la musique. J’ai commencé à apprendre le piano lorsque j’étais jeune et ai écrit mon premier texte vers mes 10 ans.

Y a-t-il un message caché derrière ton univers musical et les thèmes que tu traites, à savoir le fétichisme, le sexe et la domination ?

Complètement. Il y a toujours une signification derrière mon art. J’ai eu beaucoup d’expériences dans ma vie, qui ont déclenché des pensées et des idées à insérer dans ma musique. Et, le fétichisme, le sexe et la domination sont autant de choses que j’aime et que je trouve puissantes.

Ma mère m’a élevé dans la religion et cette éducation ne m’a jamais quitté. En grandissant, j’ai toujours admiré ma mère et j’ai été inspiré par son courage et sa force. En ce sens, ça me donne vraiment un autre regard sur la femme et la force que les femmes ont.

Dans Cxntour précisément, vous rendez les femmes puissantes, faisant des hommes (vous, dans le contexte du clip) des personnes dominées par elles. Est-ce là un message positif que vous envoyez aux femmes, un clin d’oeil au mouvement #Metoo ?

Tout à fait. Je crois en l’égalité des droits. Je pense que nous devons tous être traités de la même manière et être respectés pour ce que nous sommes, peu importe notre origine ethnique, notre religion ou notre genre.

Beaucoup de clips vidéos mettent en avant des hommes dominants. J’ai donc voulu montré qu’il y avait aussi plein de femmes fortes en ce monde et que la communauté LGBTQI+ était justement puissante.

Où trouvez-vous toute cette inspiration pour créer votre univers musical ?

Les expériences de la vie et l’existence elle-même, je dirais. Je suis inspiré par tout ce qui m’entoure, aussi bien les sons, les mots, le sexe, les humains et les animaux.

Je peux marcher dans la rue et voir un arbre qui a une forme différente. Ca déclenche quelque chose de créatif dans mon esprit et j’ai rapidement des images en tête. C’est difficile à expliquer (rires)

Vous avez sorti Cxntour en juillet 2019, puis Daddy’s coming home en février 2020. Pourquoi donc ?

Je crois vraiment en l’instant T. Ca ne me paraissait pas approprié de sortir un nouveau titre peu après Cxntour. Et puis, je n’aime pas précipiter mon art.

Je pense que tout arrive pour une raison et que nous sommes exactement où nous voulons être. Je suis toujours mon instinct. Ca en dit long sur ce que je suis.

Après ces deux titres, avez-vous d’autres projets ?

Je prépare un EP et ai hâte de sortir plein d’autres nouvelles musiques, avec de fantastiques visuels. J’ai travaillé tellement dur sur ce prochain projet que je ne peux attendre avant de le partager. 

Découvrez l’univers musical de James Indigo sur Instagram et Facebook.

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE