Julien de Bomerani : Sa folle histoire

Julien a su s’imposer autant physiquement que par ses soirées. Son personnage s’est fait une place autant qu’on ne peut pas le louper (le garçon est également grand par...

Julien a su s’imposer autant physiquement que par ses soirées. Son personnage s’est fait une place autant qu’on ne peut pas le louper (le garçon est également grand par la taille). Après avoir fait notre cover sur notre sulfureux numéro estival, Julien de Bomerani a accepté de nous parler de ses soirées avant tout faites avec le coeur, mais aussi avec ce qui devrait être plus répondu : la bienveillance.  

Pourrais-tu te présenter à nouveau à nos lecteurs stp ? 

Bonjour les lecteurs de Garçon Magazine ! Je suis Julien de Bomerani, j’habite une charmante ville qui se nomme Montpellier et je suis DJ, drag et organisateur d’événements ! 

Tu organises la Folle de Rage. Peux-tu nous en dire plus sur cette soirée qui a bien grandi ? 

Cette soirée est née d’une volonté de remettre à l’honneur la musique pop… Car ne nous mentons pas, on aurait tous aimé être un peu J-Lo sur sa barre de pole dance au Superbowl ! (rires). Je souhaitais créer un espace de liberté inclusif, où chacun peut venir avec le look qu’il souhaite, mettant en avant tous les hits d’hier et d’aujourd’hui. Chaque édition ferait venir un artiste issus de la pop culture affectionné par les LGBT+ en live ! Nous avons ainsi reçu les Sister Queen, L5, Sheryfa Luna, Eva Simons, Lââm, Amanda Lepore… 

Pourquoi ce nom ? 

Folle de Rage était une expression que je répétais très souvent sur Instagram quand j’étais en soirée… les gens s’en amusaient et m’envoyaient eux aussi des vidéos ou ils disaient « je me sens Folllleeee de Rage ! » Pour trouver un nom à cette soirée, la révélation s’est faite un soir à l’angle de mon canapé, cet évènement sera la «  Folle de Rage ». 

Retrouvez la suite de cet entretien dans le nouveau numéro de Garçon Magazine disponible ici.

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE