Sexualités LGBTQI+

Ces sexualités LGBTQI+ à connaître

...
Sexualités LGBTQI+
Crédit photo : Pixabay

Au sein de la communauté LGBTQI+, la sexualité dite “physique” et pour l’un ou l’autre sexe (ou les deux) restent les références dans les revendications. Pourtant, les sexualités sont bien plus riches que ça. On vous dévoile quelques-unes de ces sexualités LGBTQI+. 

Sexualités LGBTQI+ : Omnisexualité

Orientation similaire à la pansexualité, l’omnisexualité se réfère à l’attirance pour une personne indépendamment de son identité de genre. Elle est soit sexuelle, soit émotionnelle, selon l’état d’esprit de la personne et de son rapport à l’autre. 

Sapiosexualité

Bien loin du concept de sexualité au sens strict, la sapiosexualité consiste en une attirance pour l’intelligence d’une personne. Ainsi, un homme ou une femme va davantage s’intéresser à ce qui émane des sujets de conversation plutôt que le corps qui est face à lui ou elle. En ce sens, la personne va pouvoir être soit hétérosexuelle, soit homosexuelle, soit bisexuelle.

Sexualités LGBTQI+ : Androsexualité, Gynesexualité et Androgynesexualité

Comme les intitulés l’indiquent, l’androsexualité, la gynesexualité et l’androgynesexualité découlent respectivement de l’attirance pour une personne masculine (butch ou homme cisgenre), féminine (femme cisgenre ou flamer) ou avec les deux traits physiques. En conséquence, il ne va pas forcément regarder l’identité de genre d’une personne pour avoir des sentiments. 

A lire aussi : 10 conseils sexuels pour les mecs qui viennent de sortir du placard

Autosexualité

L’autosexualité n’est autre que l’attirance pour soi-même plutôt que pour son prochain, homme ou femme. En conséquence, ces personnes vont davantage trouver se faire plaisir par eux-mêmes qu’avec quelqu’un d’autre. Ce qui, on peut bien vous le concéder, est assez narcissique. 

Sexualités LGBTQI+ : Skoliosexualité

La skoliosexualité consiste en une attirance pour les personnes transgenres. En conséquence, un homme va être davantage attiré par Caitlyn Jenner ou Thomas Beatie (SS10) que Kim Kardashian ou Alex Beaupain. De même, une femme va davantage avoir des sentiments pour Eliott Page ou Emily Bridge que pour Megan Rapinoe ou Levi Davis. 

La demisexualité 

Loin des idées reçues, la demisexualité n’a rien à voir avec l’asexualité, puisque ces personnes pratiquent l’acte sexuel. Toutefois, ce qui va les démarquer des personnes hétérosexuelles ou homosexuelles va être que ces dernières ne vont pas pouvoir faire l’amour sans amour. En conséquence, l’affection est le moteur de la relation, ni plus ni moins. 

Découvrez également : Orgasme Masculin : ces facteurs qui le favorisent

Sexualités LGBTQI+ : Graysexualité (ou GrayA)

La Graysexualité se réfère aux personnes qui sont à la frontière entre l’asexualité et la sexualité. En conséquence, ces dernières vont rarement ressentir l’envie de faire l’amour avec un homme ou une femme.

Avatar

FERMER
FERMER