clinique britannique

Une clinique britannique lance un guide inclusif

...

La clinique britannique, Brighton and Sussex Maternity, a promu son premier guide inclusif, lundi 8 février. Cette initiative entend lever les barrières dans la prise en charge inégale des minorités trans et non-binaires. 

clinique britannique
Crédit photo : Envato

Une première médicale ! Sur Twitter, la clinique britannique, Brighton and Sussex Maternity, a annoncé le lancement de son premier guide inclusif, lundi 8 février. “Nous aspirons à protéger notre système de protection médical trans et non-binaire, à la fois sous le prisme des usagers et des professionnels. [L’objectif est] d’avoir conscience de l’impact significatif que peut avoir le changement de terminologie sur le comportement émotionnel et psychologique de la patientèle.”, peut-on lire dans leur communiqué. “Reconnaître le contexte culturel est vital pour rendre les vies des personnes trans et non-binaires plus safe.”, a-t-il, finalement, ajouté. 

A lire aussi :  SOS homophobie se lève contre les mutilations génitales

Cette nouvelle politique intervient alors que les inégalités persistent dans le langage utilisé pour s’adresser aux minorités LGBTQI+. En cause, la simple utilisation du terme “femme” constitue déjà une marque de discrimination envers les personnes trans et non-binaires. “Nous reconnaissons aussi qu’il y a un essentialisme biologique et une transphobie récurrents au sein des discours médicaux.”, clame le document officiel. Sur le fond donc, la clinique britannique a aujourd’hui lié les termes “parent.e enceint.e” avec “mère” et “coparent”, mais aussi “parent” et “second parent biologique” avec “père”. De même, l’institut médical a remplacé “sein nourricier” par “poitrine nourricière » pour éviter les amalgames. En dernier lieu, il va inclure ces modifications dans les documents de naissance et de parentalité. Magnifique !

Un accueil mitigé

Dans une interview pour Good Morning Britain, le spécialiste LGBT-friendly Piers Morgan voit dans cette politique un accélérateur d’inégalités et de non-considération des besoins. “98% des occupant.e.s aimeraient être appelé.e.s père et mère”, a-t-il souligné pour appuyer sa position. En tout cas, de nombreux internautes ont manifesté leur soutien à cette initiative nouvelle, sur Twitter. “C’est fantastique, bien joué ! Espérons que beaucoup de confiance va suivre. Tout le monde mérite d’être traité avec respect et dignité.”, a en ce sens déclaré l’association britannique Trans Actual

FERMER
FERMER