Tuerie homophobe à Orlando : le Pulse va devenir un lieu historique

...

À Orlando, la discothèque, le Pulse, va être réhabilité en un “mémorial national”. Cette initiative, succédant à la tuerie homophobe en 2016, a reçu une forte approbation. 

Se souvenir, plus que tout ! Samedi 12 juin, Joe Biden a annoncé le projet de conversion de l’ancien établissement festif en un monument d’hommage dédié à cette tuerie homophobe. « Je signerai [bientôt] un texte désignant le Nightclub Pulse comme Mémorial national, inscrivant dans la loi ce qui est vrai depuis ce terrible [soir] il y a cinq ans : c’est un lieu sacré », a déclaré le président américain dans un communiqué. « Nous devons chasser la haine et les injustices qui contribuent à l’épidémie de violence et de meurtre par armes à feu sous toutes ses formes. », a-t-il ajouté. 

Retrouvez également : “Disarm Hate” prend les armes contre les LGBTphobies

Quelques jours plus tôt, le Sénat américain a voté unanimement pour la mise en place d’un tel vestige. Ce qui est une chose assez étonnante, même s’il ne recevra pas de subventions publiques. Cette approbation vient conforter celle prise par la chambre des représentants en 2020. « Cette désignation signifie que notre gouvernement reconnaît ce qu’il s’est passé le 12 juin et n’a pas oublié, et que cette communauté compte – qu’ils sont vus. C’est vraiment si important pour nous tous ici. », a confié Barbara Poma, propriétaire du Pulse.

Un massacre sans précédent

Le 12 juin 2016, un terroriste, Omar Mateen, avait attaqué le Pulse, faisant 49 morts et plus de 50 blessés. Sur place, les forces de l’ordre avaient directement abattu l’auteur de la tuerie, prêt à tirer sur eux. Pendant des années, ce triste drame a été le pire crime dans l’histoire des États-Unis. « En quelques minutes, [l’établissement] qui avait été depuis longtemps un lieu d’acceptation et de joie est devenu un espace de souffrance et de deuil indescriptible », a ajouté Joe Biden dans son communiqué, présent au club avec le président Barack Obama quelques jours après l’attentat.

À lire aussi : Massacre d’Orlando, l’homophobie et le rejet post-mortem 

Cette position symbolique du gouvernement américain constitue l’hommage parfait aux victimes et aux personnes qui se sont battues pour faire reconnaître l’importance d’avoir un tel lieu de recueillement. Ce week-end, où se trouvait Kamala Harris, la communauté LGBTQI+ a célébré comme il se doit cette mesure majeure.